Dans le rétro : le 5 mai 1992, le drame du foot français a lieu à Furiani

FRANCE 2

Dans le stade de Bastia (Haute-Corse), une tribune provisoire s'effondre, entraînant la mort de 18 personnes et en blessant plus de 2 000 autres.

Une messe a été célébrée mardi 5 mai à Bastia (Haute-Corse), à huis clos, en commémoration du drame de Furiani survenu le 5 mai 1992. Ce jour-là, le stade du Sporting Club de Bastia était incandescent pour recevoir les stars de l'OM en demi-finale de Coupe de France. Mais le soir de fête a viré au drame en direct dans la tribune de 9 000 places construite à la hâte pour tripler la capacité du stade. Les travaux sont terminés le jour du match sans être validés par une commission de sécurité.

Le 5 mai, journée sans football

Avant le match, les pompiers constatent la fragilité de la structure et le speaker alerte même les spectateurs. Mais à 20h23, le haut de la tribune s'effondre, et le bilan est de 18 morts et 2 357 blessés. La pelouse devient un hôpital de fortune et des joueurs s'improvisent secouristes. Furiani devient à jamais le drame du football français. Le 13 février 2020, l'Assemblée a voté une proposition de loi visant à interdire les matchs de football le 5 mai, conformément à la volonté de nombreuses familles de victimes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne