Coupe d'Afrique des Nations : remontée contre sa fédération, l'équipe nationale du Zimbabwe refuse de prendre l'avion

L\'équipe nationale du Zimbabwe, dont les joueurs sont surnommés les \"Guerriers\", le 6 janvier 2017 à Harare, la capitale du pays.
L'équipe nationale du Zimbabwe, dont les joueurs sont surnommés les "Guerriers", le 6 janvier 2017 à Harare, la capitale du pays. (JEKESAI NJIKIZANA / AFP)

Au bord de l'asphyxie financière, l'Etat éprouve les pires difficultés à payer ses fonctionnaires, et la Fédération, ses cadres et joueurs.

C'est la grogne. L'équipe nationale de football du Zimbabwe a refusé d'embarquer, dimanche 8 janvier, dans le vol qui devait lui permettre de participer à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), qui débute le 14 janvier. Les joueurs sont remontés contre leur Fédération, la ZIFA, pour des raisons financières.

La formation devait se rendre dans un premier temps au Cameroun pour participer à une rencontre amicale, mardi, avant de rejoindre Libreville au Gabon, théâtre de la compétition. Pour la troisième participation de son histoire à la phase finale de la CAN, le Zimbabwe est confronté au premier tour au Sénégal, à la Tunisie et l'Algérie, dans un groupe B très relevé présenté comme "le groupe de la mort".

Une "solution à l'amiable" trouvée

Les joueurs exigent notamment que leurs primes de jeu passent de 1 000 à 5 000 dollars et que leurs indemnités quotidiennes de séjour soient échelonnées de 150 à 500 dollars et non de 50 à 100. Au bord de l'asphyxie financière, l'Etat éprouve les pires difficultés à payer ses fonctionnaires, et la Fédération, ses cadres et joueurs. A plusieurs reprises, elle a dû compter sur de généreux donateurs pour régler ses factures.

Ces derniers jours, les "Guerriers" avaient refusé de s'installer sur un site de leur Fédération jugé de "qualité trop médiocre", selon la presse locale. Déjà privé du stade national en raison d'une ardoise de 60 dollars impayée par la même fédération endettée jusqu'au cou, le onze national avait finalement pris ses quartiers dans un hôtel de la capitale pour ses derniers entraînements.

Finalement, après une rencontre houleuse avec les responsables de la ZIFA, certains joueurs ont accepté de quitter Harare dès dimanche matin. La majorité des autres s'étant engagés à rejoindre leurs camarades dans la soirée. "Nous avons eu des discussions fructueuses. Les joueurs et l'administration ont trouvé une solution à l'amiable", a commenté dimanche le porte-parole de la ZIFA, Xolisani Gwesela, sans plus de détails.