Coupe d'Afrique des nations : il ne doit pas y avoir une tête qui dépasse

Le compte à rebours est terminé : l'édition 2012 de cet événement footballistique, en Guinée équatoriale et au Gabon, doit être un succès ! 

La Coupe d'Afrique des nations est une compétition footballistique à part. L'édition 2012, qui se déroule du 21 janvier au 12 février en Guinée équatoriale et au Gabon ne fait pas exception à la règle. Les enjeux politique et économique sont considérables, l'enjeu sportif l'est tout autant. Après le dernier coup de pinceau donné à la veille du début du tournoi, place au jeu ! 

110
La Coupe d'Afrique des nations (CAN), c'est avant tout une mascotte, Gaguie, contraction de Gabon et de Guinée équatoriale. Deux pays de l'ouest de l'Afrique qui n'ont pas grand-chose en commun, sinon la volonté de montrer qu'ils peuvent organiser les grands événements du continent. THEMBA HADEBE / SIPA
210
En Guinée équatoriale, le culte de la personnalité (et la répression des opposants) continue. Le président Teodoro Obiang Nguema est mis en scène sur toutes les affiches ayant trait à la compétition. Il faut préciser que lors de son anniversaire, chaque panneau du pays informe les citoyens de l'événement. AMR ABDALLAH DALSH / REUTERS
310
On a dit vraiment toutes les affiches, même les publicités. AMR ABDALLAH DALSH / REUTERS
410
Au Gabon, l'objectif de la présidence consiste à minimiser les dépenses pharaoniques réalisées pour la Coupe. Ainsi, le stade de l'amitié sino-gabonaise a été entièrement payé par le gouvernement chinois. Sauf les finitions, qui s'élèvent quand même à... 37 millions d'euros. SIA KAMBOU / AFP
510
L'hebdomadaire "Jeune Afrique" parle au total, infrastructures comprises, de 370 millions d'euros, près de 10 % du budget annuel du pays ! On ne dispose pas de chiffres pour la Guinée équatoriale. AMR ABDALLAH DALSH / REUTERS
610
La construction d'infrastructures, comme les routes en direction du stade et les hôtels pour loger les fans, a fait exploser les coûts. Et en plus, on a oublié d'améliorer le réseau internet, qui est digne du modem 56k que vous utilisiez en 1996. Ce qui pose problème aux journalistes. AMR ABDALLAH DALSH / REUTERS
710
Le grand nettoyage des rues, promis par le président Ali Bongo lors de ses vœux à la nation, n'a vraiment commencé que 48 heures avant le début de la compétition. Il était temps ! Les opérations près du stade de l'amitié sino-gabonaise avaient déjà démarré en novembre, lors de son inauguration par le chef de l'Etat. SIA KAMBOU / AFP
810
Malgré l'accueil de toutes les équipes à l'aéroport par des danseuses durant la semaine précédant le coup d'envoi, les conditions ne sont pas non plus optimales pour les joueurs. Les Sénégalais se plaignent de ne pas avoir de chasses d'eau dans leur hôtel, situé à Bata, en Guinée équatoriale. Les Zambiens pas d'eau tout court. Et ils auraient croisé des souris dans le restaurant de l'établissement. THEMBA HADEBE / SIPA
910
Malgré les tracasseries, pas mal de supporters ont rallié ces deux pays... Beaucoup via le système D. Les autorités ferment les yeux, pour la durée de la compétition seulement. AMR ADBALLAH DALSH / REUTERS
1010
Reste que les stars en Afrique demeurent les vedettes des grands clubs européens, dont les championnats sont beaucoup plus suivis que les compétitions locales. Dans cette boutique de Bata, en Guinée équatoriale, il est plus facile de trouver un maillot de Lionel Messi que celui des équipes en compétition à la CAN. AMR ABDALLAH DALSH / REUTERS