Cinq personnes en garde à vue dans l'enquête sur les violences en marge de Bastia-OM

Un policier fait usage de gaz lacrymogène pour maintenir à distance des supporters bastiais, le 9 août 2014 aux abords du stade Armand-Cesari, à Bastia (Haute-Corse). 
Un policier fait usage de gaz lacrymogène pour maintenir à distance des supporters bastiais, le 9 août 2014 aux abords du stade Armand-Cesari, à Bastia (Haute-Corse).  (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

Quarante-quatre policiers et gendarmes avaient été blessés ou victimes de contusions, le 9 août. 

Cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue à Bastia, lundi 18 août, dans le cadre de l'enquête sur les violences survenues en marge du match de Ligue 1 Bastia-OM, le 9 août. Toutefois, la raison de leur arrestation n'est pas connue.

Au soir de la rencontre, une centaine de supporters bastiais s'en était pris aux forces de l'ordre. Ils ont jeté des bombes agricoles, des pierres, des barrières métalliques et des bouteilles en verre en direction des CRS, selon un journaliste de l'AFP présent sur les lieux. Quarante-quatre policiers et gendarmes avaient été blessés ou victimes de contusion, atteints par des "jets de projectiles et d'engins explosifs agricoles", selon le gouvernement.

Après les heurts, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait réclamé la "détermination (des) responsables concernés, aux plans local et national, pour mettre un terme à ces comportements violents".

Vous êtes à nouveau en ligne