La justice rejette l'appel de Karim Benzema et valide l'enquête sur l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena

L\'attaquant du Real Madrid Karim Benzema lors d\'un match contre Leganes, à Madrid, le 25 janvier 2018.
L'attaquant du Real Madrid Karim Benzema lors d'un match contre Leganes, à Madrid, le 25 janvier 2018. (JAVIER SORIANO / AFP)

L'avocat de Karim Benzema a fait part de son souhait de se pourvoir en cassation.

La cour d'appel de Paris a validé, jeudi 8 novembre, l'enquête dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena dans laquelle Karim Benzema et cinq autres personnes sont mises en examen, ouvrant ainsi la porte à un éventuel procès.

La cour a jugé conformes les agissements sous couverture du policier infiltré ayant servi d'intermédiaire entre Mathieu Valbuena et les maîtres-chanteurs présumés. Selon elle, les actes de ce commissaire ne constituent pas une incitation à l'infraction comme le soutenaient les avocats de la défense.

Pour eux, l'officier a poussé les protagonistes, en particulier Younes Houass, avec lequel il était en contact téléphonique, à réclamer de l'argent en échange de la vidéo intime de Mathieu Valbuena. Une vidéo détenue par les cerveaux présumés du chantage, Axel Angot et Mustapha Zouaoui, deux hommes gravitant dans le milieu du football professionnel. Un autre ancien joueur, Djibril Cissé, fait aussi partie des mis en examen.

"Des manipulations policières dans cette affaire"

L'avocat de Karim Benzema a fait part, jeudi, de son souhait de se pourvoir en cassation. "Il était évident qu'il y avait des manipulations policières dans cette affaire et c'est dans ces conditions que toute la procédure a été viciée", a-t-il estimé.

En juillet 2017, la Cour de cassation avait donné raison aux arguments de la défense en invalidant la partie de l'enquête concernant les agissements de ce commissaire de la PJ de Versailles, accusé d'avoir poussé les protagonistes de l'affaire à commettre l'infraction.

Karim Benzema, qui se dit totalement innocent, n'a plus jamais été appelé avec les Bleus depuis sa mise en examen en novembre 2015.

Vous êtes à nouveau en ligne