Accusé de viol, Brandao bénéficie d'un non-lieu

(Jean-Paul Pelissier Reuters)

L'ancien attaquant brésilien de Marseille avait été mis en examen en mars 2011, pour viol présumé sur une jeune femme après une soirée en boîte de nuit. Aujourd'hui joueur de Saint-Etienne, Brandao bénéficie d'une ordonnance de non-lieu.

Il n'y aura vraisemblablement pas de procès Brandao : le footballeur bénéficie d'une ordonnance de non-lieu, il est donc blanchi, affirme un de ses avocats.
Pour motiver sa décision, le juge d'instruction en charge de l'affaire a notamment fait valoir "des incohérences et des contradictions" dans la version de la plaignante. Celle-ci, une jeune femme de 25 ans, a dix jours pour faire appel.

En mars 2011, elle avait accusé Brandao d'avoir abusé d'elle dans sa voiture alors qu'il la ramenait chez elle au sortir d'une boîte de nuit d'Aix-en-Provence. Le joueur, qui avait été confronté à la plaignante en octobre 2011, niait quant à lui avoir exercé la moindre contrainte, ses avocats évoquant un rapport sexuel "non seulement consenti mais souhaité par sa partenaire".
Mis en examen, le joueur (qui évoluait à Marseille, à l'époque) avait été laissé en liberté, sous contrôle judiciaire. L'OM l'avait alors prêté à des clubs brésiliens pour l'éloigner de la pression médiatique. Revenu à l'OM en janvier 2012, l'attaquant brésilien a signé cet été pour deux saisons en faveur de l'AS Saint-Etienne.

Vous êtes à nouveau en ligne