Anthony Martrette, un rugbyman qui avait avoué s'être dopé, est mort à 41 ans

Anthony Martrette, dans l\'émission Stade 2, parlait pour la première de dopage rugby.
Anthony Martrette, dans l'émission Stade 2, parlait pour la première de dopage rugby. (FRANCE 2 / STADE 2)

Il avait été le premier joueur de rugby à avouer devant une caméra de télévision s'être dopé. Anthony Martrette est décédé à 41 ans dans la nuit de mardi à mercredi.

L'ancien rugbyman professionnel Anthony Martrette a été retrouvé mort dans la nuit du mardi au mercredi 3 avril dans son appartement des Pyrénées-Orientales. Il avait 41 ans. Anthony Martrette avait brisé un tabou : en octobre 2016, il avait confessé devant une caméra, celle de l'émission Stade 2, ce qu'aucun joueur professionnel n'avait encore osé dire en France : le dopage dans le rugby. Ce troisième ligne avait évolué à Aurillac, Bourgoin-Jallieu, Perpignan et Béziers

Hôpitaux et maisons de repos

Après une grave blessure à l’âge de 25 ans, le troisième ligne, surnommé la "cisaille catalane", avait expliqué s'être dopé : stéroïdes, anabolisants et testostérone. Selon les propos d'Anthony Martrette dans l'émission Stade 2, la pratique était connue dans l'un des clubs où il évoluait. Anthony Martrette raconte : "Ce sont des joueurs de l’équipe, et des préparateurs physiques, qui proposent en prenant ce type de produit, 'tu retrouveras plus vite les terrains, tu seras plus performant et on pourra mettre à profit ce temps de repos pour passer un cap au niveau physique'."

L'engrenage infernal a alors commencé. Sa musculature a enflé. La transformation physique qui s'accentue une fois la carrière terminée, il y a cinq ans. Anthony Martrette enchaîne les séjours dans les hôpitaux et les maisons de repos.

Il avait décidé de faire de la lutte contre le dopage le combat de sa vie, pour dénoncer l'hypocrisie d'un milieu "où le dopage est courant", disait-il : "C’est très fréquent". Un premier examen avait conclu à une mort naturelle. Son père réclame maintenant une autopsie.

Mort d'Anthony Martrette - Reportage de Jérôme Val
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne