Etape 5 : ce qu'il ne fallait pas manquer

(Des vaches déguisées juste avant l'arrivée de la cinquième étape © RF/BS)

Froome abandonne à Bouvines, Nibali conforte son maillot jaune, le vent, la pluie, les pavés font souffrir le peloton. Voici notre résumé de cette cinquième étape en images et tweets.

L'homme du jour

Vincenzo Nibali. Le coureur italien, actuel maillot jaune, est le grand vainqueur de cette cinquième étape. Arrivée troisième après avoir dompté les pavés, il se positionne, après l'abandon de Froome, comme l'un des favoris de ce 101e Tour de France. Car cette étape a fait des dégâts chez les autres prétendants à la victoire finale. Les écarts sont dignes de ceux enregistrés dans une étape de montagne. Alberto Contador est ainsi relégué à 2'37 du coureur italien.

Le lieu du jour

Ypres. La ville départ de la cinquième étape du Tour reste marquée par la Première Guerre mondiale et les terribles combats qui se déroulèrent dans et autour de la ville. C'est à Ypres qu'ont été utilisés pour la première fois les gaz de combat, dont le gaz moutarde également appelé Ypérite. On compte 170 cimetières militaires, comme celui de St Charles de Potyse - dans la campagne environnante. Dans les deux prochains jours, le Tour traversera des lieux symboliques de la Première Guerre mondiale, comme le Chemin des Dames ou Verdun.

(Le cimetière de St Charles de Potyse à côté d'Ypres © RF/BS)

L'anecdote du jour

L'abandon de Chris Froome n'est évidemment pas anecdotique. Le lieu où il a décidé de lâcher l'est un peu plus. Le coureur anglais a en-effet décidé de mettre pied à terre après une deuxième chute dans la journée à Bouvines. Il y a 800 ans, en juillet 1214, l'armée emmenée parPhilippe Auguste, roi de France l'avait emporté sur les armées soutenues par Jean sans terre, duc dAquitaine, de Normandie...et roi d'Angleterre.

Le portrait du jour

Il a vécu une rude journée...et s'apprête à vivre une rude soirée. Grégory est mécano dans l'équipe française Bretagne-Séché. Après la difficile étape des pavés, il va devoir nettoyer tous les vélos, changer les boyaux, les câbles de frein, les transmissions. Comme les coureurs, les machines ont été mises à rude épreuve dans des conditions de course extrêmes avec de la pluie et de la boue.

Étape 5 : portrait de Grégory, mécano au sein de l'équipe Bretagne-Séché. À l'arrivée des coureurs après l'étape Ypres-Arenberg, il doit s'occuper des machines et s'apprêt à vivre une très longue soirée. « Il faut changer les boyaux, les freins, les transmissions », souffle-t-il.

Le tweet du jour

De la boue, toujours de la boue, encore de la boue. Le coureur néerlandais Tom Dumoulin a envoyé une petite photo de lui juste après la fin de l'étape.  

 

Vous êtes à nouveau en ligne