"C'est un aboutissement, pas une revanche" : victoire de "l'ovni" Gilles Lamiré dans la Transat Jacques Vabre

Gilles Lamiré (à droite) et son coéquipier Antoine Carpentier vainqueur de la transat Jacques Vabre 2019 en multi 50
Gilles Lamiré (à droite) et son coéquipier Antoine Carpentier vainqueur de la transat Jacques Vabre 2019 en multi 50 (FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Gilles Lamiré et son coéquipier Antoine Carpentier ont remporté vendredi 8 novembre à Salvador de Bahia la Transat Jacques Vabre dans la catégorie multi 50, celle des trimarans de 15 mètres. En 11 jours 16 heures et 34 minutes, la victoire d'un autodidacte de la course au large.

Cheveux grisonnants en bataille, regard bleu perçant, Gilles Lamiré est un ovni dans le monde de la voile. Ce diplômé d’une école de commerce parisienne promis au secteur bancaire a tout lâché pour s’exiler aux Antilles. Devenu mûrisseur de bananes, il a fait ses premières armes sur des voiliers de plaisance, jusqu’à ses débuts en compétition en 2006 sur des supports de deuxième catégorie.

Revenu à Cancale, la ville de son père, Gilles Lamiré a toujours peiné à convaincre, malgré un succès sur la Transat anglaise il y a trois ans. "Je ne me suis jamais raconté d'histoires. Je n'ai pas le parcours de beaucoup de skippers. Au début, cela me peinait beaucoup d'être vu comme un amateur. Je ne suis plus un amateur !"

Franchir cette ligne d'arrivée, c'est de l'émotion. C'est un aboutissement, pas une revanche.Gilles Lamiréà franceinfo

Avec son franc-parler, Gilles Lamiré est toujours resté à part. Un marin habité par sa passion, et sans esprit de revanche : "C'est un aboutissement, pas une revanche. Je fais ça pour moi, pour l'aventure. J'aime la mer, l'aventure, l'humain et je trouve tout ça dans la course au large. Franchir cette ligne d'arrivée, c'est de l'émotion parce que c'est ça le but".

A 49 ans, Gilles Lamiré, papa d’un garçon de 9 ans, veut maintenant poursuivre son histoire et gagner d’autres courses. Comme la Route du Rhum, dans trois ans, sur son trimaran de 15 mètres.

Gilles Lamiré : "Quand je prends le départ d'une course, c'est pour gagner"
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne