Le volleyeur Ngapeth : "Je ne suis pas un repris de justice"

(Ngapeth reproche aux médias de trop en faire sur "deux histoires" © MaxPPP)

La star du volley tricolore a été condamnée lundi en correctionnelle à Paris à trois mois de prison avec sursis pour l'agression d'un contrôleur SNCF en juin 2015.

En exclusivité sur France Info, depuis son club italien de Modène, Earvin Ngapeth livre sa première réaction après une nouvelle condamnation judiciaire.

"Ce sont deux histoires en trop, mais je ne suis pas un repris de justice" : Earvin Ngapeth
--'--
--'--

Au tribunal correctionnel de Paris, la star de l'équipe de France de volley a écopé lundi de trois mois de prison avec sursis et 3.000 euros d'amende pour l'agression d'un contrôleur SNCF en juin 2015. Earvin Ngapeth avait déjà été condamné en décembre 2014 à une peine avec sursis pour une rixe dans une discothèque. Il a fait appel de cette décision et il laisse entendre qu'il contestera aussi la dernière condamnation.

A LIRE AUSSI ►►►De la prison avec sursis requise contre Ngapeth

"C'est vrai, ce sont deux histoires en trop mais je ne suis pas un repris de justice", tempère le joueur de 25 ans qui accuse les médias d'en avoir trop fait autour de l'affaire. "Au début c'était pesant, mais aujourd'hui j'ai appris à vivre avec ça" . Le joueur de Modène ajoute : "Tout ça serait arrivé il y a cinq ans, ce serait sorti nulle part" .

Vous êtes à nouveau en ligne