Karabatic :"Inadmissible qu'on puisse penser que j'ai truqué un match"

(Nikola Karabatic dit avoir été "très en colère" en apprenant que ses proches avaient parié © MaxPPP)

Au troisième jour du procès des paris suspects, la star du handball français Nikola Karabatic a soutenu que le match de Montpellier contre Cesson n'avait pas été truqué. Il a aussi évoqué sa "colère" lorsqu'il a appris que ses proches avaient parié sur ce match.

Nikola Karabatic, la star du handball français, était appelé à la barre du tribunal correctionnel de Montpellier mercredi, au troisième jour du procès des paris suspects. Le joueur du FC Barcelone a affirmé avoir été "très en colère" en apprenant que sa femme et certains de ses coéquipiers avaient effectué des paris sur ce match. Il s’est également insurgé, jugeant "inadmissible qu’on puisse penser que j’ai truqué un match" ajoutant même : "Tous ceux qui me connaissent savent que je ne veux pas perdre, c'est dans ma nature". Il a donc soutenu que le soir du match, Montpellier a perdu de bonne foi. "S'il y avait un match que Montpellier pouvait perdre" , c'était "bien celui-là" , d’après lui.

"Vous ne pouvez pas toujours vous en sortir par des portes de secours"

Ses explications n'ont cependant pas toujours convaincu. Interrogé sur l'application "Parions Sport" téléchargée sur son smartphone, Nikola Karabatic a indiqué que sa compagne Géraldine Pillet utilisait régulièrement son téléphone. Il a même précisé que sa compagne avait consulté ce site alors qu’il conduisait.

Nikola Karabatic a également été questionné sur l'horaire de la majorité des paris. Pour l’accusation, un "top-départ" aurait pu être donné vers 10h. Le joueur a maintenu qu'il n'avait pas d'explication, refusant fermement d'émettre "des hypothèses" . Le procureur Patrick Desjardins l’a alors accusé de "s’en tirer en passant par des portes de secours" .

Pour l’accusation, Nikola Karabatic serait même l’une des têtes pensantes du stratagème. Ses défenseurs y voient un acharnement pour incriminer la star du handball français.

Vous êtes à nouveau en ligne