Dakar 2017 : "Même si c’est dur moralement et physiquement", Philippe Croizon y "croit à fond"

Philippe Croizon à l\'arrivée de la troisième étape du rallye Dakar 2017, 780 km entre San Miguel de Tucuman et San Salvador de Jujuy, dans le nord de l\'Argentine, remportée mercredi 4 janvier par Stéphane Peterhansel.
Philippe Croizon à l'arrivée de la troisième étape du rallye Dakar 2017, 780 km entre San Miguel de Tucuman et San Salvador de Jujuy, dans le nord de l'Argentine, remportée mercredi 4 janvier par Stéphane Peterhansel. (TEAM CROIZON TARTARIN)

Au départ, lundi 9 janvier de la 7ème étape du Dakar, Philippe Croizon, amputé des quatre membres, poursuit son rêve de rallier l'arrivée à Buenos Aires.

Après avoir traversé la Manche et relié les cinq continents à la nage, Philippe Croizon, amputé des quatre membres, a pris le départ lundi 9 janvier de la 7ème étape du Dakar-2017, 622 kilomètres entre La Paz et Uyuni, à bord de son buggy adapté.

54ème au classement général à l’issue de la première semaine du rallye-raid, à plus de 29 heures du leader de la course, Stéphane Peterhansel au volant d'une Peugeot, Philippe Croizon et son copilote Cédric Duplé ont connu plusieurs problèmes mécaniques les obligeant notamment à se faire remorquer pour rentrer au bivouac lors de la deuxième étape.

L’aventurier de 48 ans, originaire d'Ingrandes près de Châtellerault, a également beaucoup souffert de la chaleur en début de course, avec des pointes à plus de 60 degrés dans sa voiture. "Bilan très dur, très difficile, physiquement, moralement. Tout est mis à rude épreuve", explique le pilote franceinfo.

Mais ce Dakar, ce sont aussi de grands moments d'émotion, comme l’arrivée à la Paz (Bolivie). "C’était au-delà du phénoménal ! Des milliers de personnes massées sur le bord de la route acclamaient le passage des concurrents en agitant le drapeau national" raconte Philippe Croizon. "Une mamie au bord de la route est même venue m’embrasser chaleureusement et m’a offert son drapeau en me souhaitant bienvenue en Bolivie", ajoute le pilote. 

L'athlète poursuit donc son rêve : rallier Buenos Aires, en Argentine, le 14 janvier prochain. "C’est mon premier Dakar. Même si c’est dur moralement et physiquement, je m’éclate vraiment. J’y crois à fond. On ira à Buenos Aires", se promet-il.