Schumacher "n'allait pas vite" au moment de son accident, selon son attachée de presse

Michael Schumacher, le 15 janvier 2004 à Madonna di Campiglio (Italie).
Michael Schumacher, le 15 janvier 2004 à Madonna di Campiglio (Italie). (VINCENZO PINTO / AFP)

Alors qu'une enquête a été ouverte sur "les circonstances et les causes de l'accident de ski" dont a été victime le septuple champion de Formule 1, francetv info fait le point sur les éléments déjà connus.

Alors que l'état de Michael Schumacher reste incertain, mardi 31 décembre, après son grave accident de ski, dimanche en Savoie. Une enquête a été ouverte sur "les circonstances et les causes de l'accident", a annoncé le parquet d'Albertville. Que s'est-il passé sur cette piste du domaine de Méribel ? Francetv info fait le point. 

Quel est son état de santé ?

Le pronostic vital de "Schumi" est toujours engagé, et les médecins du CHU de Grenoble, où il est hospitalisé, restent prudents. Jacqueline Hubert, la directrice générale de l'hôpital, a expliqué mardi 31 décembre que le pilote allemand avait été opéré une deuxième fois dans la nuit de lundi à mardi. "Un nouveau scanner effectué ce matin montre des signes de légère amélioration", a-t-elle ajouté. Mais son état reste critique.

Où a eu lieu l'accident ? 

La chute s'est produite dans une zone hors piste du domaine. Plus précisément un passage entre deux pistes balisées, une bleue (la Biche) et une rouge (la Mauduit). Selon son attachée de presse, citée par le quotidien allemand Bild, Michael Schumacher était accompagné par "un petit groupe d'amis" lorsqu'il est sorti de piste pour "aider un ami qui était tombé". L'endroit n'est pas réputé dangereux, mais il n'est pas balisé et est truffé de rochers.

Michel Schumacher a chuté dimanche 29 décembre 2013 dans cette zone qui sépare deux pistes de la station de Méribel (Savoie).
Michel Schumacher a chuté dimanche 29 décembre 2013 dans cette zone qui sépare deux pistes de la station de Méribel (Savoie). (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)
 

Mais les faibles chutes de neige du début de saison n'ont pas permis la formation d'une sous-couche suffisante. Résultat : les dernières chutes n'ont fait que recouvrir les escarpements et les pierres dans les zones non damées, comme celles situées entre les pistes. "La sous-couche de neige est insuffisante et instable, ce qui explique que des rochers affleurent", détaille sur BFMTV Olivier Simonin, directeur général de Méribel-Alpina, la société en charge du domaine skiable.

Quelle a été la violence du choc ? 

Sans doute importante, puisque le casque du champion a été "brisé en deux parties". Selon un secouriste cité par Bild"lorsque nous sommes arrivés sur place, le casque de Schumacher était brisé. On voyait beaucoup de sang." Ce scénario d'un choc violent avait déjà été évoqué par Jean-François Payen, chef du service de réanimation du CHU de Grenoble, où est hospitalisé l'ancien coureur : "Je dirais que cet accident est survenu à haute cinétique", avait-il expliqué lundi 30 décembre. 

L'attachée de presse de l'ancien champion a une interprétation des faits un peu différente. Mardi, elle a expliqué que Schumacher "n'allait pas vite", et que son accident était le résultat d'un "enchaînement de malchance". "Il a buté sur une pierre en commençant un virage. (…) C'était une manœuvre normale", a-t-elle expliqué, ajoutant qu'un tel accident aurait tout autant pu se produire à "10 km/h".

Comment a-t-il été pris en charge ? 

A l'arrivée des secours, Michael Schumacher "était conscient mais un peu agité", a indiqué le directeur de la station. "Schumi" a été évacué "en moins de dix minutes" à bord d'un hélicoptère médicalisé vers l'hôpital de Moutiers, dans la région, a-t-il ajouté. Un peu plus d'une heure plus tard, il a été transféré au service des urgences du CHU de Grenoble où il a été admis à 12h40. Voici des images de son évacuation des pistes. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne