Ce que l'on sait du vol du dossier médical de Michael Schumacher

L\'ancien pilote de Formule 1 Michael Schumacher, le 3 février 2010 à Cheste (Espagne).
L'ancien pilote de Formule 1 Michael Schumacher, le 3 février 2010 à Cheste (Espagne). (JOSE JORDAN / AFP)

Le procureur de Grenoble, qui pilote l'enquête lancée après la plainte de l'hôpital où l'ancien pilote était hospitalisé, a donné quelques précisions mardi.

Un document du dossier médical de Michael Schumacher est en vente. Après la plainte déposée par l'hopital de Grenoble (Isère), où le champion de Formule 1 a été soigné pendant six mois, le procureur Jean-Yves Coquillat a donné, mardi 24 juin, quelques détails sur l'enquête.

Francetv info fait le point sur ce que l'on sait de ce vol.

Que contient ce document ?

Le document en question fait "une dizaine de pages". Il s'agit d'un "résumé de tout ce qui s'est passé à Grenoble durant l'hospitalisation de Michael Schumacher". Une source proche de l'enquête précise à l'AFP qu'il a été rédigé par le médecin du champion de F1 afin d'être communiqué à son homologue de l'hôpital de Lausanne où Schumacher se trouve désormais.

A qui a-t-il été proposé ?

"Le ou les auteurs du vol ont contacté un certain nombre de journalistes français, suisses et allemands, raconte le procureur. Cet individu, qui communique par mail, demande 60 000 francs suisses (50 000 euros) pour fournir le document. Pour justifier ses dires, il fournit une partie de ce rapport qui permet de penser qu'il est en possession du dossier."

Où a-t-il été volé ?

Les policiers grenoblois sont en train de retracer "l'emploi du temps" de ce rapport médical, en interrogeant toutes les personnes qui auraient pu l'avoir entre les mains. Mais pour l'instant, ils n'ont aucune certitude. Il est "probable" que ce rapport médical ait été volé à Grenoble, mais "ce n'est pas établi", explique ainsi le procureur.

Parallèlement, le CHU de Grenoble mène un audit interne afin de détecter une éventuelle intrusion dans son système informatique. L'hôpital avait pris des mesures très strictes pour protéger ce dossier, et l'accès à la chambre du champion allemand est resté protégé par un vigile pendant les six mois de son séjour grenoblois.