Automobile : Jean Todt logiquement réélu à la présidence de la FIA

L\'équipe Red Bull félicite le pilote de F1 Sebastian Vettel vainqueur du Grand Prix du Japon, le 13 octobre 2013.
L'équipe Red Bull félicite le pilote de F1 Sebastian Vettel vainqueur du Grand Prix du Japon, le 13 octobre 2013. (TORU HANAI / REUTERS)

Election sans surprise de Jean Todt à la présidence de la Fédération internationale de l'automobile, alors qu'il était le seul en lice après le retrait de candidature du britannique David Ward.

Le Français Jean Todt, 67 ans, a accueilli avec une "grande satisfaction" sa réélection sans surprise, parce que sans rival, à la présidence de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), vendredi à Paris.

"Quand on se présente à une élection et qu'on recueille un tel niveau de soutien, c'est toujours très plaisant", a déclaré le président Todt à sa sortie d'une assemblée générale qui l'a réélu à l'unanimité des quelque 250 membres présents, représentant 182 automobile-clubs, fédérations et associations nationales affiliés à la FIA.

Le vote a eu lieu à mains levées "à la demande de la salle", selon l'expression consacrée. Les comptes de la FIA avaient été présentés et approuvés en début de séance.

A la différence de 2009, quand Todt avait été élu avec 135 voix contre 49 pour le Finlandais Ari Vatanen, ex-champion du monde des rallyes, le dirigeant français, ex-copilote de rallye (de 1966 à 1981) puis patron de Peugeot Sport (1982-1993) et de la Scuderia Ferrari en Formule 1 (1993-2007), n'avait aucun adversaire.

Le Britannique David Ward, 56 ans, qui dirigeait depuis 12 ans la Fondation FIA, avait retiré sa candidature mi-novembre en critiquant le mode de gouvernance de la FIA.

"Pendant ce premier mandat, riche en changements, nous avons modifié la gouvernance de la FIA", a souligné Todt, dès sa sortie de l'AG, et il a expliqué que ce ne serait pas à lui de proposer des changements ultérieurs du mode de scrutin.

"Je cherche le consensus et l'harmonie", avait souligné Todt, début septembre à Monza, en annonçant sa candidature à un deuxième mandat. Vendredi, il a rappelé que ses quatre premières années à la tête de la FIA, de fin 2009 à fin 2013, l'avaient amené à parcourir le monde pour promovoir mobilité durable et sécurité routière.

Dès dimanche à Paris, cette campagne continuera par une rencontre avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Todt sera avec sa compagne et "ex-James Bond girl", l'actrice malaisienne Michelle Yeoh. Il souhaite que la sécurité routière devienne une grande cause au niveau mondial et que les accidents de la route soient considérés "comme un fléau mondial, au même titre que la tuberculose, la malaria et le sida".

M. Todt a aussi réagi au décès jeudi de Nelson Mandela, à 95 ans: "C'est une tragédie. C'était un grand homme, qui s'est battu pour la paix, l'égalité, la liberté. Malheureusement, il était malade depuis de nombreuses années et c'était peut-être une délivrance. Il laisse derrière lui un héritage qui inspire le respect".

L'année 2014 sera très chargée pour le président Todt, avec un nouveau règlement en F1, de nouveaux moteurs V6 turbo hybrides, et le lancement aussi, en septembre, d'un championnat de Formule E, disputé par des monoplaces 100% électriques, que la FIA soutient activement depuis l'origine.

"Je suis surpris de l'intérêt suscité par la Formule E, mais je suis aussi un peu inquiet: quand les attentes sont élevées, il ne faut surtout pas décevoir", a confié M. Todt. Il n'exclut pas que pendant l'hiver 2014-2015 des pilotes de F1 en activité, mais en vacances, viennent participer à "une ou deux courses de Formule E".

Vous êtes à nouveau en ligne