"Aucune éthique là-dedans" : Saïd Bennajem, figure de la boxe en France, regrette l’affiliation du MMA à sa fédération

Un entraînement de MMA opposant deux pratiquants amateurs à Aubergenville (Yvelines), en 2012.
Un entraînement de MMA opposant deux pratiquants amateurs à Aubergenville (Yvelines), en 2012. (MAXPPP)

Le ministère des Sports a annoncé mardi avoir placé le mixed martial arts (MMA) sous l’égide de la fédération française de boxe anglaise. Mais déjà des voix s'élèvent pour contester ce choix.

C’est un mariage qui ne fait pas que des heureux. L’organisation de la pratique des arts martiaux mixtes (MMA), sulfureux sport de combat, sera donc déléguée à la fédération française de boxe. Pour Saïd Bennajem, l’ancien entraîneur de Sarah Ourahmoune, médaillée d'argent aux derniers JO de Rio, c’est tout simplement "n'importe quoi."  

>> Légalisation du MMA : comment l'octogone a fini par se faire une place dans l'hexagone

Juste après l'annonce mardi 21 janvier de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, "la première chose que je me suis dit, c'est qu'on est tombés sur la tête" explique celui qui dirige la salle du Boxing Beats, un célèbre club de boxe de la ville d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Une décision qui ne passe pas

Lui, comme ses amis et collègues de la boxe anglaise, ne comprennent pas cette décision : "Je ne vois pas quel rapport on a avec un sport comme le MMA", martèle-t-il.

Ce choix ne paraît pas du tout logique par rapport à la pratique, qui est complètement à l'opposé de ce que nous faisonsSaïd Bennajem, entraîneur de boxeà franceinfo

Dans son bureau où une immense photo de sa championne est fièrement affichée sur le mur, Saïd Bennajem s'étonne que les licenciés et les dirigeants n'aient pas été consultés par la Fédération française de boxe. Lui aurait voulu proposer une autre solution. "Pourquoi l’Etat ne prend pas ses responsabilités en créant une fédération MMA ?" s’interroge-t-il.

"Les mettre sous la coupe d'une autre fédération ce n’est pas leur faire confiance", poursuit-il. En agissant de la sorte "on leur dit 'vous êtes incompétents, vous n'êtes pas capable de créer une fédération et de la gérer, donc on va vous mettre sous la tutelle de la Fédération française de boxe'."

"On est face à des gens assoiffés d'argent"

En fin connaisseur du milieu de la boxe avec ses plus de 30 ans d’expérience, Saïd Bennajem s’est forgé sa propre opinion concernant ce mariage : "Il n'y a aucune éthique là-dedans", assure-t-il, affirmant qu’"on est face à des gens assoiffés d'argent et qui font n'importe quoi avec une discipline qui a plus de cent ans d'existence". Très en colère, Saïd Bennajem envisage de ne plus payer son affiliation à la Fédération française de boxe pour exprimer son mécontentement.

MMA et boxe : le reportage d'Amaya Cazenave
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne