A Levallois, Henri Leconte vivrait dans une maison appartenant à la ville

L\'ancien tennisman Henri Leconte arrive pour la finale de la coupe Davis entre la France et la Suisse, au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d\'Ascq, le 23 novembre 2014.
L'ancien tennisman Henri Leconte arrive pour la finale de la coupe Davis entre la France et la Suisse, au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d'Ascq, le 23 novembre 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

L'hebdomadaire "Marianne" révèle les noms de sportifs proches de Patrick Balkany, qui bénéficient de loyers de logements sociaux.

Levallois "aime le sport", jure Patrick Balkany. Et la ville chouchoute ses sportifs, selon les informations de Marianne. Après le salaire du judoka Teddy Riner et le coût du Levallois Sporting Club (LSC) pour la municipalité, estimé à 5,5 millions d'euros par an, dévoilé par la chambre régionale des comptes, l'hebdomadaire s'est intéressé aux logements des sportifs installés dans la ville.

A commencer par le tennisman Henri Leconte, ancien conseiller municipal et président de la section tennis du LSC, "installé avec son épouse dans une des neuf maisons" appartenant à Levallois-Perret. Et il n'est pas le seul. "Plusieurs d’entre eux habitent dans des logements dits du 'patrimoine de la ville'", explique Marianne. Des appartements qui appartiennent à la municipalité et "dont les loyers sont ceux du logement social". Les critères d'attribution sont inconnus et la majorité refuserait de révéler l'identité des locataires.

Outre Henri Leconte, Marianne mentionne la championne de natation synchronisée Muriel Hermine ou le boxeur professionnel et agent Souleymane M'Baye, qui a également reçu des "sommes importantes" du club. Deux autres proches de Patrick Balkany, Jean-Pierre Aubry et Nicolas Gigon, bénéficieraient du même type de logement.

Vous êtes à nouveau en ligne