VIDEO. Violences sexistes : coup de gueule d'une députée au Parlement européen

BRUT

Le coup de gueule de Katalin Cseh au Parlement européen, alors que certains pays membres de l'UE n'ont toujours pas ratifié le traité sur les violences à l'égard des femmes.

C'est en arborant une photographie de Bernadett Orosz, une femme qui a été agressée par son ex-partenaire à son domicile, que la députée européenne Katalin Cseh a voulu pointer le laxisme de l'Union européenne vis-à-vis des violences faites aux femmes. "Par la suite, on lui a refusé des soins de santé, on lui a refusé une protection politique et policière et plus tard, le ministre de la Justice hongrois a déclaré plusieurs fois que ratifier la Convention d'Istanbul, c'est de l'hystérie politique", déplore la députée.

Une UE trop laxiste ?

En effet, l'Union européenne a signé en 2017 la Convention d'Istanbul mais ne ne l'a toujours pas ratifiée. Ce texte repose sur l'idée que la violence à l'égard des femmes et la violence domestique sont une forme de violence sexiste, exercée sur les femmes parce qu'elles sont des femmes. Katalin Cseh demande à ce que les violences faites aux femme soient ajoutées sur "la liste des crimes de l'Union européenne".

1 femme sur 3 vivant dans l'Union européenne a été victime de violences physiques ou sexuelles au moins une fois dans sa vie depuis l'âge de 15 ans.

Vous êtes à nouveau en ligne