Vidéo sur des violences conjugales présumées à Toulouse : aucune suite judiciaire ne sera donnée à cette affaire, annonce le parquet

Capture d\'écran d\'un tweet d\'une Toulousaine alertant sur un cas de violence conjugale présumée dans son immeuble, le 9 février 2019.
Capture d'écran d'un tweet d'une Toulousaine alertant sur un cas de violence conjugale présumée dans son immeuble, le 9 février 2019. (TWITTER)

Selon le parquet, il s'agissait de "différends verbaux virulents" au sein du couple mais pas de violences conjugales. 

Aucune suite judiciaire ne sera donnée à une affaire de violences conjugales présumées à Toulouse, relayée dans une vidéo tournée par une voisine et qui avait été largement partagée sur les réseaux sociaux le week-end dernier, a appris France Bleu Occitanie auprès du parquet de Toulouse mercredi 13 février.

Une habitante de Toulouse (Haute-Garonne), qui habite dans le quartier de Bellefontaine, avait publié samedi sur Twitter une vidéo tournée dans la cage d'escalier de son immeuble et dans laquelle on entendait les cris d'une femme entrecoupés de bruits sourds et d'insultes prononcées par une voix masculine. La voisine avait filmé la scène depuis l'escalier en indiquant  : "Coups et hurlements de femme pendant trois heures : mon voisin bat sa femme en toute impunité. La police part et réclame juste une pièce d’identité et repart. C’est normal ? J’attends qu’il y ait un autre féminicide ?" La vidéo a été partagée des dizaines de milliers de fois.

Indignée, la Toulousaine avait indiqué qu’elle allait saisir la justice, mais la victime n’a pas porté plainte. Et, selon le parquet de Toulouse, il s’agissait de "différends verbaux virulents au sein du couple", qui auraient été interprétés comme des violences. Finalement, "à la demande de ma voisine, j’ai décidé de retirer mon tweet", a écrit la féministe toulousaine lundi.

Vous êtes à nouveau en ligne