VIDEO. Paris : une femme violemment frappée au visage après avoir répondu à son harceleur

Une jeune femme frappée au visage à Paris, le 24 juillet 2018.
Une jeune femme frappée au visage à Paris, le 24 juillet 2018. (CAPTURE ECRAN / MARIE LAGUERRE)

La jeune femme a porté plainte et a diffusé les images de l'agression.

"Il m'a frappé au visage, en pleine rue, en pleine journée, devant des dizaines de témoins." Mardi 24 juillet, Marie rentre chez elle, dans le 19 ème arrondissement de Paris. Sur sa route, elle croise un homme qui la harcèle, en lui adressant des gestes déplacés, des sifflements et des commentaires. "Ta gueule", lance alors la jeune femme en continuant sa route. L'homme revient alors vers elle et la frappe violemment au visage, comme on peut le voir sur ces images.

Quelques minutes plus tard, la jeune femme décide de retourner au bistrot pour porter plainte. "Les gens ont afflué, pour m’apporter leur soutien, pour me calmer et me dire qu’ils pourraient témoigner", explique-t-elle au Parisien. Le gérant de l'établissement, alerté, arrive alors sur les lieux. "L'ambiance était assez tendue, le personnel assez énervé, et elle très agitée, un peu en panique, donc je l'ai assise à l'intérieur", raconte-t-il à franceinfo. Il lui remet alors les images issues de la vidéosurveillance où l'on voit la scène, et l'accompagne aussi pour déposer plainte.

"Le harcèlement c'est au quotidien"

"Le harcèlement c'est au quotidien. Ces hommes qui se croient tout permis dans la rue, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu'on s'en offusque, c'est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement cesse", écrit Marie sur son compte Facebook, le lendemain des faits.

Plusieurs personnalités politiques ont réagi après la diffusion de la vidéo. "Soutien à Marie et mobilisation générale contre les co***rds, a notamment écrit le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, sur Twitter. Vidéo sidérante : cet homme se croit tout permis : harceler, insulter et venir la frapper. La rue appartient à toutes, partout à Paris, 19e compris. C’est à lui d’avoir honte."

Vous êtes à nouveau en ligne