Saïd Chabane le président du SCO d'Angers mis en examen pour agressions sexuelles aggravées

Saïd Chabane, à Angers, le 28 avril 2019.
Saïd Chabane, à Angers, le 28 avril 2019. (LOIC VENANCE / AFP)

Saïd Chabane est accusé par quatre femmes salariée ou-ex salariées du club de football angevin d'agressions sexuelles. En garde à vue mercredi 5 février, Saïd Chabane "a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec les victimes et les principaux témoins" selon le procureur de la République Eric Bouillard.

Le président du SCO d'Angers Saïd Chabane a été mis en examen mercredi 5 février pour agressions sexuelles aggravées. Le parquet d'Angers avait ouvert plus tôt une information judiciaire pour "agressions sexuelles aggravées par personne abusant de sa fonction" visant le président du SCO d'Angers Saïd Chabane, a appris franceinfo auprès du procureur de la République Eric Bouillard.

Saïd Chabane est accusé par quatre femmes d'agressions sexuelles. Les plaignantes sont une salariée du club qui évolue en Ligue 1 et trois anciennes salariées. Saïd Chabane, 55 ans, a été placé en garde à vue mercredi 5 février, il "a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec les victimes et les principaux témoins" a annoncé le procureur de la République Eric Bouillard.

Une enquête préliminaire a débuté le 7 janvier après la plainte d'une salariée du club qui a indiqué avoir été victime de faits qualifiables d'agression sexuelle. Trois autres victimes présumées ont déposé plainte, selon Eric Bouillard, procureur de la République d'Angers.

Saïd Chabane dément

Le président du club "conteste formellement toutes les allégations portées contre lui", indique le communiqué du SCO d'Angers. La direction du club a confirmé que le président Saïd Chabane a été entendu mercredi "dans les locaux des services de police d'Angers, en réponse à une convocation reçue fin janvier".

Déterminé à voir reconnaître son innocence, il est confiant dans l’issue de l’enquête à laquelle il coopère totalement.la direction du clubcommuniqué

Le SCO d'Angers dit également regretter "des fuites d’informations parcellaires et orientées, qui sont parues dans la presse en violation du secret de l’enquête et du respect de la présomption d’innocence" et indique que ses équipes et ses joueurs restent "totalement mobilisés" pour atteindre les objectifs sportifs du SCO.

Vous êtes à nouveau en ligne