Violences conjugales : un plan de lutte insuffisant pour les associations féministes

France 3

Après un week-end de manifestations partout en France, le gouvernement a présenté lundi 25 novembre les conclusions du Grenelle contre les violences conjugales. Une liste de mesures qui a fait réagir les associations féministes. Ces dernières se disent "insatisfaites" de ces mesures qui existent déjà pour la plupart.

Samedi 23 novembre, des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues pour réclamer plus de moyens pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Lundi 25 novembre, le Premier ministre Édouard Philippe, entouré de nombreux membres de son gouvernement, a dévoilé son plan, une quarantaine de mesures qui visent à mieux protéger les victimes. Le numéro d'urgence, le 3919, va être renforcé : il fonctionnera désormais 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Deux centres d'accueil pour hommes violents par région

Dans certaines circonstances, comme en cas de danger immédiat, et si le professionnel de santé est d'accord, le secret médical pourra être levé. Autre volet important : la prise en charge et le suivi des auteurs de violences. "Nous allons lancer un appel à projets, pour que deux centres de prise en charge des hommes violents voient le jour dans chaque région. Ces centres permettront de suivre psychologiquement les auteurs de violences, et donc d'offrir la possibilité à sa victime de demeurer à son domicile", a annoncé Édouard Philippe dans la matinée. De nombreuses associations féministes se disent déçues par ces mesures.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne