Népal : le combat des ONG pour stopper la pratique des jeunes filles esclaves

FRANCE 2

Les Kamalaris sont des petites filles vendues au Népal par des familles pauvres, à des familles plus riches, qui les utilisent comme esclaves.

On les appelle les Kamalaris, ce sont des petites filles des campagnes du Népal vendues comme esclaves domestiques aux familles fortunées. La pratique ancestrale est aujourd'hui interdite, et des associations se battent pour libérer les jeunes filles. "Je n'allais pas à l'école. À la place je devais travailler pour eux tout le temps, et m'occuper de leurs enfants", témoigne une jeune fille vendue à une famille riche à l'âge de 7 ans. Frappée avec un bâton, elle vivait dans des conditions difficiles.

Une pratique illégale

"Je l'ai envoyée travailler là-bas en pensant qu'ils allaient prendre soin de son éducation", explique son père, qui n'avait plus les moyens de la garder. "Comment aurais-je pu lui acheter des crayons ou des cahiers ? J'étais vraiment désolé de l'envoyer là-bas en tant qu'esclave, mais je n'avais pas le choix", regrette-t-il. Sa fille est restée esclave pendant huit ans avant d'être secourue. La pratique, devenue illégale en 2006, reste encore très pratiquée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne