Marlène Schiappa veut expulser les étrangers condamnés "pour violences sexuelles et sexistes"

Marlène Schiappa, secrétaire d\'Etat chargé de l\'Egalité entre les femmes et les hommes, à la sortie du Conseil des ministres, à Paris, mercredi 11 septembre 2019.
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargé de l'Egalité entre les femmes et les hommes, à la sortie du Conseil des ministres, à Paris, mercredi 11 septembre 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La secrétaire d'Etat asure avoir obtenu d'Edouard Philippe que la mesure soit retenue lors du comité interministériel sur l'immigration.

"Nous allons désormais expulser les citoyens étrangers condamnés pour violences sexistes ou sexuelles." Dans un entretien accordé à Marianne, jeudi 6 novembre, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa se félicite de cette mesure retenue par le gouvernement dans le cadre du comité interministériel sur l'immigration. Elle confesse des débats internes au sein du gouvernement avant qu'Edouard Philippe ne retienne finalement la proposition. "J’en suis très heureuse."

Je ne vois pas qui pourra honnêtement nous dire qu’un citoyen étranger qui a violé une femme peut rester sur le territoire sans que cela pose problème !Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommesà "Marianne"

"Ces violences ne sont excusables en aucun cas, y compris lorsqu’elles se produisent chez des populations en difficulté", justifie la membre du gouvernement. Interrogée sur les modalités et le calendrier d'application de la mesure, Marlène Schiappa a simplement indiqué que le choix reviendra aux ministres de l'Intérieur et de la Justice – "cela peut aller de la circulaire à la loi". Invitée la veille sur le plateau d'Antenne Réunion, la secrétaire d'Etat avait mentionné "les violences sexistes et sexuelles, notamment conjugales mais également des viols et tous types de crimes".

Cette annonce risque de relancer les débats sur la double peine, mais Marlène Schiappa dit assumer "cette position".

Vous êtes à nouveau en ligne