Le secteur des jeux vidéo traverse son #meetoo, avec une nouvelle vague d'accusations de harcèlement

Des dizaines de femmes ont partagé sur les réseaux sociaux leurs expérience de discrimination, de harcèlement ou d\'agression sexuelle par des joueurs.
Des dizaines de femmes ont partagé sur les réseaux sociaux leurs expérience de discrimination, de harcèlement ou d'agression sexuelle par des joueurs. (ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Un joueur de la formation Destiny a dénoncé les agissements relevant de harcèlement de la part d'un autre joueur, ce qui a déclenché une libération de la parole chez de nombreuses femmes. Elles ont partagé leurs expériences de harcèlement et d'agressions sexuelles sur les réseaux sociaux.

Univers encore très masculin, le secteur des jeux vidéo traverse une vague de #metoo, marquée par un large mouvement de libération de la parole des femmes. Depuis samedi 20 juin, des dizaines d'entre elles ont partagé sur les réseaux leur expérience de discrimination, de harcèlement ou d'agression sexuelle par des joueurs.

"Une petite pierre fait des milliers de vagues dans une mare", résumait sur Twitter "Hollowtide", un joueur de Destiny qui a dénoncé des agissements relevant du harcèlement de la part d'un autre joueur, plus tard identifié sous les pseudos "Lono" et "SayNoToRage". Trois créatrices de contenus ont à leur tour accusé ce joueur de les avoir touchées sans leur consentement ou harcelées. Puis la parole de dizaines d'autres s'est déliée, anonymement ou pas, pour raconter leur expérience, dans certains cas en nommant la personne concernée.

"Je ne sais pas avec qui ni combien de fois tu as tenté cette manœuvre, mais cette industrie fait déjà suffisamment peur sans les manipulateurs qui insinuent que la [meilleure] manière d'arriver au sommet c'est de passer par ton lit", conclut par exemple Molly Fender Ayala (en anglais), qui dirige une communauté du jeu Overwatch.

"Nous prenons au sérieux les accusations", annonce la plateforme Twitch

Cette vague d'accusations rappelle l'affaire du "Gamergate" aux Etats-Unis en 2014, lorsqu'un débat sur les liens entre journalistes et créateurs de jeux s'était transformé en menaces de viol et de meurtre contre la développeuse indépendante Zoe Quinn. Mais l'industrie semble réagir très différemment cette fois-ci, avec des manifestations de soutien, des excuses et des promesses de mieux réguler les plateformes.

"Nous prenons très au sérieux les accusations de harcèlement sexuel. Nous examinons de près les comptes de créateurs concernés qui sont affiliés à Twitch et nous allons travailler avec les forces de l'ordre si nécessaire", a déclaré Twitch (en anglais), un service principalement utilisé pour la diffusion en direct de jeux vidéo. "Nous sommes reconnaissants à ceux qui ont eu le courage de parler et nous sommes déterminés à travailler pour rendre la communauté du streaming plus sûre pour tous".

Le premier joueur mis en cause cette fois-ci, "SayNoToRage", a de son côté enregistré une vidéo pour exprimer ses remords sur YouTube (en anglais). "Il n'y a pas d'excuse pour mon comportement (...) les choses que j'ai faites étaient inacceptables", dit-il face à la caméra, évoquant des agissements datant d'il y a deux ans. "Mes comportements égoïstes et inappropriés ont dérobé à ces personnes leur capacité à se sentir en sécurité. J'ai rompu la confiance et jen suis profondément désolé."

Vous êtes à nouveau en ligne