"Le monde de l'édition n'est pas épargné par les violences sexuelles" : une responsable de la Ligue des auteurs dénonce un climat d'impunité

Image d\'illustration. Librairie à Paris. 
Image d'illustration. Librairie à Paris.  (J-F ROLLINGER / ONLY FRANCE)

Samantha Bailly, écrivaine et responsable d'un collectif d'auteurs, dénonce le "silence" qui gouverne le "monde des lettres" sur les questions de violences sexuelles. 

Samantha Bailly, romancière et vice-présidente de la Ligue des auteurs professionnels, a publié le 13 janvier dernier un tweet très remarqué autour des problèmes de violences sexuelles dans l'édition. Elle y dénonce un fort sentiment d'impunité dans le monde du livre. Nous l'avons interrogée sur ces problèmes, selon elle, indissociables de la précarité dont souffrent les auteurs. 

Franceinfo Culture : Pourquoi avez-vous écrit ce tweet en début de semaine dernière ?

Samantha Bailly : La lecture du livre de Vanessa Springora, Le Consentement, et les réactions autour de l’affaire Gabriel Matzneff m’ont poussée à écrire ce message. Ce que Vanessa Springora raconte dans son livre pose beaucoup de questions. Je n’ai pas été étonnée par ce que j’ai lu. Le secteur de l’édition n’est pas épargné par les violences faites aux femmes. Il arrive souvent que des autrices remontent aux organisations professionnelles d'auteurs des problèmes de harcèlement sexuel, moral ou des comportements plus graves. J’ai moi-même été témoin d’une scène dont je me souviendrai toute ma vie : j'avais 24 ans, et lors d’un événement littéraire, j’ai entendu un éditeur dire à une autrice qu’un contrat d’édition se négociait et se signait "dans sa chambre d’hôtel"

Pensez-vous que la situation est particulière dans le monde du livre ? 

Lorsque le mouvement #Metoo a éclaté, rien n’est sorti dans le secteur de l’édition. Il y a des raisons à cela. En France, l’univers littéraire jouit d’une légitimité institutionnelle et véhicule des fantasmes. On a une perception romantique de l’acte créatif. Mais l’aura symbolique du livre masque les problèmes d’ordre social. L’allocation du CNL [Centre national du livre] que touchait Gabriel Matzneff est un bon exemple, il aurait touché 160 000 euros sur vingt ans. Les critères d’attribution ne sont pas très clairs. D’ailleurs, elle a été fermée aux nouveaux demandeurs. Quand on connait la précarité de l'ensemble des auteurs et autrices du secteur (41% des auteurs professionnels vivent avec moins que le SMIC, 50% des autrices de BD vivent sous le seuil de pauvreté), c'est indécent. On sent bien qu’il y avait là une odeur d’entre-soi. Et cet entre-soi est un problème.

Vous dénoncez une forme d’omerta dans le monde littéraire concernant les violences sexuelles. Quelle en serait la cause ? 

Le statut de l’auteur est problématique. L’auteur, en tant que personne, n’est pas protégé juridiquement, contrairement à son œuvre. Lorsqu’il est publié, un auteur signe un contrat de cession des droits : il cède à l’éditeur ses droits patrimoniaux sur le roman. En contrepartie, l’auteur a des obligations de travail, comme le rendu du manuscrit ou des activités de promotion. En revanche, la relation professionnelle entre l’auteur et l’éditeur n’est pas encadrée par le droit du travail. Imaginons qu’un éditeur harcèle sexuellement une autrice, ce vide juridique peut la dissuader d’aller en justice. Surtout qu’elle restera liée à cet éditeur, car quand vous avez cédé vos droits sur votre livre, il est très difficile de les récupérer : en France, vous vous êtes engagé pour la durée de votre vie, et 70 ans après votre mort, avec cette maison d'édition.

En 2017, le site web Paye ta bulle a rassemblé des témoignages anonymes d’autrices de BD victimes de sexisme ou de violences sexuelles. Hélas, c'est resté au stade de témoignages anonymes, il n'y a pas eu d'action en justice, et ces agissements continuent très certainement. C'est très difficile pour une autrice de sortir du silence : il y a cette peur de perdre son travail, d’être blacklistée, alors que beaucoup peinent déjà à vivre de leur métier. Cette situation d’impunité perdure d'autant plus que les victimes sont souvent extrêmement précarisées et dans un lien de dépendance très fort avec leurs maisons d'édition. 

Comment peut-on prévenir ces problèmes ? 

D'abord, il faudrait que l'édition connaisse une véritable libération de la parole. Sortir du silence est une première étape. Ensuite, la Ligue des auteurs professionnels attend beaucoup du rapport Bruno Racine, qui est la réponse promise par le ministre de la Culture à la crise économique, sociale et administrative de tous les créateurs et créatrices en France. On demande la création d’un statut professionnel qui permettrait enfin aux écrivains d’être mieux protégés socialement, de ne plus être considérés seulement par leurs livres, mais aussi comme des individus ayant accès à des droits élémentaires. Aussi, si les syndicats ne reposaient pas que sur des bénévoles, ils pourraient alors accompagner les autrices dans des démarches juridiques. Pour qu'enfin l'omerta cesse, il faut un cadre sécurisant. Le témoignage de Vanessa Springora marque un avant et un après. Il nous met face à un silence qui a perduré pendant des décennies et montre que le chemin est encore long. 

Vous êtes à nouveau en ligne