Féminisme : les femmes divisées

France 2

La tribune publiée dans Le Monde et signée notamment par Catherine Deneuve dénonçant le puritanisme et la victimisation fait polémique.

Elle est l'une des figures du féminisme : Françoise Giroud. D'abord comme journaliste : patronne de l'Express, une des pionnières du combat pour l'égalité hommes-femmes. Puis au gouvernement où elle entre en 1974 : secrétaire d'État à la condition féminine, une première à l'époque. Dans les années 1960, puis 1970, c'est un féminisme de conquête de droits : la contraception d'abord, puis l'avortement ensuite. Aujourd'hui, le combat féministe est toujours là, mais depuis quelques semaines il a pris un tour nouveau, avec les dénonces du harcèlement subi par les femmes, avec des slogans-choc, comme "Balance ton porc".

Puritanisme, pudibonderie : des accusations-chocs

Ces méthodes et ces moyens vont-ils trop loin ? Il y a-t-il un risque de dérive ? C'est ce que craint Michèle Cotta, journaliste qui a débuté aux côtés de Françoise Giroud. Catherine Deneuve va plus loin encore : elle a signé une tribune défendant la liberté d'importuner, selon elle, "indispensable à la liberté sexuelle et amoureuse". Le débat fait rage : Philosophie Magazine pose la question : "Peut-on désirer sans dominer ?". Berenice Levet, essayiste, considère que le combat pour les femmes s'est transformé en un combat contre les hommes. Puritanisme, pudibonderie : des accusations-chocs qui visent, parmi d'autres, la militante féministe Caroline De Haas. Mais pour elle, ses accusatrices se trompent. Un débat sensible qui divise, aujourd'hui encore, les femmes elles-mêmes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne