Féminicide : le poignant témoignage de la sœur d'une victime

FRANCEINFO

101 femmes ont été tuées par leur mari, conjoint ou ex depuis le 1er janvier. Mardi 3 septembre, 80 personnes sont réunies à Matignon pour le Grenelle contre les violences conjugales. Rencontre avec une femme qui ne veut pas que sa sœur soit morte pour rien.

Hélène de Ponsay tient dans les mains la dernière photo de sa sœur, prise trois mois avant sa disparition. "J'ai l'impression qu'elle est encore là. C'est elle, c'est la lumière qu'elle dégageait. J'adore cette photo", explique-t-elle. Le 22 avril dernier, le corps de Marie-Alice Dibon a été retrouvé dans une valise flottant sur l'Oise. La justice soupçonne son compagnon de l'avoir assassinée. Cette scientifique de 53 ans habitait avec son concubin dans un immeuble à Courbevoie (Hauts-de-Seine). Sans nouvelles, sa sœur donne l'alerte.

Harcèlement psychologique

Les policiers la contactent trois jours après. "Ils m'ont envoyé une photo de bijoux pour essayer de savoir si cela correspond à des bijoux qui lui appartiennent. J'ai tout de suite reconnu sa bague", détaille Hélène de Ponsay. Avant le drame, Hélène a souvent sa sœur en pleurs au téléphone et lui conseille de partir. Elle décrit un concubin jaloux et manipulateur. "Il ne la laissait pas aller quelque part sans savoir où elle était et sans venir la chercher", précise-t-elle. Une violence qui ne se manifeste pas par des coups, mais par une emprise psychologique. Le conjoint de Marie-Alice Dibon s'est suicidé quelques jours après la mort de sa concubine. Pour éviter de nouveaux drames, une cellule d'écoute joignable au 3919 a été créée.

Vous êtes à nouveau en ligne