Depuis 2010, les violences et les menaces contre les femmes augmentent sur le lieu de travail

Les violences physiques et les menaces contre les femmes sur le lieu de travail et d\'études ont augmenté entre 2010 et 2016, selon une étude de l\'Observatoire national de la délinquance et de la répression pénale (ONDRP), publiée le 31 mai 2018.
Les violences physiques et les menaces contre les femmes sur le lieu de travail et d'études ont augmenté entre 2010 et 2016, selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et de la répression pénale (ONDRP), publiée le 31 mai 2018. (MAXPPP)

Ces violences s'exercent en priorité à l'encontre d'employées ou de professions intermédiaires.

Les violences physiques et les menaces contre les femmes sur le lieu de travail et d'études ont augmenté entre 2010 et 2016, selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et de la répression pénale (ONDRP), publiée jeudi 31 mai. Ces violences s'exercent en priorité à l'encontre d'employées ou de professions intermédiaires, d'après Keltoume Larchet, chargée d'études à l'observatoire. 

Entre 2010 et 2016, le nombre de femmes déclarant avoir été victimes de violences physiques sur le lieu de travail a presque doublé en passant de 25 000 à 48 000, souligne l'ONDRP, qui se base sur l'enquête "Cadre de vie et sécurité" qu'elle a menée conjointement avec l'Insee et le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI).

Une forte hausse entre 2010 et 2015

Entre 2010 et 2015, l'observatoire relève une hausse "très significative" de 307% avant une baisse "tout aussi significative" de 52% entre 2015 et 2016. Dans le domaine des menaces, le nombre de femmes qui disent en avoir été victimes augmente de 167 000 à 238 000 entre 2010 et 2016. Là encore, l'ONDRP constate une forte hausse (+88%) entre 2010 et 2015, puis une baisse de 2015 à 2016 (-24%).

Dans sa publication, l'ONDRP n'apporte pas de clés pour interpréter ces fortes évolutions, mais souligne que ces variations ne sont pas liées à une reformulation des questions posées aux personnes ayant participé à l'enquête.

"Quand on regarde l'évolution des violences ou menaces faites aux femmes survenues dans d'autres lieux comme la rue ou les transports, c'est sur le lieu de travail et d'études que l'augmentation est considérée comme la plus significative", remarque Keltoume Larchet.

Vous êtes à nouveau en ligne