VIDEO. Suicide en prison : un an après, une famille témoigne

FRANCE 3

Voilà un an, un détenu avait été retrouvé pendu dans sa cellule. Sa famille affirme qu'il était victime de racket et de harcèlement. Témoignage.

Grégory Ducastel s'est pendu il y a un an dans sa cellule, à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Incarcéré pour conduite sans permis en récidive, il aurait vécu un calvaire de plusieurs mois. "En plein parloir, il a craqué dans nos bras, et nous a dit qu'il était à bout, parce qu'il était insulté, qu'on lui crachait à la figure, qu'on le bousculait, on lui donnait des coups", témoigne sa mère. Le jour du suicide de Grégory Ducastel, le directeur du centre pénitentiaire a révélé que Grégory avait bien été victime de racket. Avant ça, et malgré les alertes de la famille, l'administration n'avait jamais reconnu aucun problème avec le détenu.

Une enquête qui stagne

L'avocat de la famille dénonce l'organisation à l'intérieur même de la prison. "L'administration pénitentiaire, les surveillants, vont du côté du plus fort. On sait qu'il y a des caïds dans les maisons d'arrêt, et ces caïds font régner l'ordre de manière plus efficace que ne le font les surveillants qui ne sont eux pas suffisants nombreux pour le faire", commente Me Ronald Gallo. La famille a déposé plainte contre l'administration pénitentiaire de la prison pour non-assistance à personne en danger. Mais plus d'un an après, l'enquête est toujours en cours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne