VIDEO. Massif du Mont-Blanc. La hausse des températures fait s'écrouler la montagne par pans entiers

Le réchauffement climatique fait fondre l’eau gelée qui se trouve dans les fissures de la montagne. Ce "ciment de glace" est en train de disparaître, comme ici dans les Alpes, précipitant pierres et blocs au pied des parois… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 19 janvier 2020.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La hausse des températures, déjà responsable de la fonte accélérée des glaciers, est également la cause d’un phénomène plus récent : la montagne s’écroule par pans entiers, et à haute altitude ! Comme ici au sommet de la Tour Ronde qui culmine à 3 792 mètres dans le massif du Mont-Blanc, où s’est rendu le magazine "13h15 le dimanche" (replay). Les montagnards de la région ont longtemps cru ces parois en granit indestructibles.

Deux guides de Chamonix, Philippe Batoux et Ludovic Ravanel, ce dernier également géomorphologue au CNRS, viennent aujourd’hui les ausculter à intervalles réguliers. Ce jour-là, ils constatent à nouveau leur dégradation continuelle. "Il faut imaginer que c’est une pente qui pouvait se descendre à ski. Et là on la voit dans des conditions qui font que ça ne ressemble plus à une pente skiable", se désole Philippe Batoux devant les éboulis au pied de la montagne.

"C’est vraiment l’érosion en direct"

Pour connaître l’état de santé de la montagne, les deux hommes la passent au scanner. Les images recueillies leur permettent de détecter tout nouvel effondrement. "En 2003, il a fait très chaud pendant quasiment trois mois, y compris dans le massif du Mont-Blanc. Ça tombait de partout : des pierres, des blocs, des éboulements, etc. Chez les alpinistes, dont j’étais à l’époque, on s’est vraiment questionné sur ces évolutions. On savait beaucoup de choses sur les glaciers, mais très peu sur les parois", raconte le scientifique.

Des pierres sont en train de tomber au loin… "C’est vraiment l’érosion en direct… note-t-il. Le réchauffement climatique fait que le permafrost fond. C’est le liant qu’il y a dans le granit. Le permafrost, c’est un état thermique, c’est-à-dire que la roche est durablement gelée. Cette température négative permet la présence de glace dans les fissures. Elle a un rôle de ciment. On parle de béton de glace, de ciment de glace. Si on le fait fondre, du fait du réchauffement climatique, on assiste à des écroulements de plus en plus fréquents et volumineux."

Vous êtes à nouveau en ligne