Une vidéo montrant Vincent Lambert crée la polémique

(Vincent Lambert en juin 2013 © Maxppp)

Une vidéo, filmée par un homme qui se présente comme un ami d’enfance de Vincent Lambert, a été publiée mardi. On y voit notamment le tétraplégique cligner des yeux. Une preuve, pour ceux qui veulent maintenir en vie Vincent Lambert dont ses parents, qu’il n'est pas dans un état végétatif. "De la propagande", juge un de ses neveux, François Lambert. Le CSA a été saisi après cette diffusion.

C’est une vidéo de 2 minutes diffusée mardi soir sur un site catholique. Elle a été tournée vendredi, juste après la décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui a validé la procédure française pour permettre le décès de Vincent Lambert. Et elle crée mercredi la polémique. France Info a choisi d'ailleurs de ne pas publier cette vidéo pour des raisons éthiques. Elle est dérangeante parce que si on la regarde sans connaissances médicales, on peut effectivement se dire que Vincent Lambert n'est pas dans l'état végétatif décrit depuis deux ans.

Vincent Lambert cligne des yeux ou soutient semble-t-il un regard

On y voit d’abord toute une mise en scène devant le CHU de Reims où Vincent Lambert, tétraplégique depuis un accident de voiture en 2008, est hospitalisé. Au premier plan, un homme, Emmanuel Guépin, qui se présente comme un ancien camarade de classe. Il explique qu'il a eu du mal à entrer dans sa chambre qui est placée sous surveillance.

Puis on voit Vincent Lambert. Allongé sur son lit d'hôpital, un portable collé à son oreille avec le haut-parleur. C'est sa mère Viviane, qui lui parle : "les nouvelles ne sont pas bonnes Vincent, on est toujours là à côté de toi on te porte, on continue".  Vincent Lambert cligne alors légèrement des yeux. L'image suivante, c'est l'un de ses frères David qui lui parle, Vincent le regarde longuement. Une preuve pour le comité de soutien que Vincent Lambert n'est pas dans un état végétatif mais que c'est un grand handicapé.

En réalité, cet état neurovégétatif a été confirmé par de nombreux spécialistes. Le docteur Bernard Devalois est chef de l’unité de soins palliatifs de Pontoise. Il estime que cette vidéo "ne prouve rien du tout, si ce n’est une grande science de la manipulation médiatique de la part de ceux qui l’ont tournée" .

"C'est une mise en scène extrêment malsaine", pour le docteur Bernard Devalois.

Les mouvements de Vincent Lambert sont "tout à fait malheureusement habituels chez un patient en état végétatif chronique. Le cerveau de Vincent Lambert n’est plus du tout capable d’intégrer aucune stimulation extérieur et d’y réagir" , explique le Docteur, avant de conclure : "On pourrait lui lire le botin, on pourrait filmer exactement la même scène. C’est donc une mise en scène extrêmement malsaine."

Après la bataille juridique, voici la bataille médiatique

Une autre question se pose, une question éthique. Pour le docteur Bernard Devalois cela montre "une certaine forme de violence faite à l'intimité de Vincent Lambert. Dévoiler une partie de vie intime, les offrir à la vision publique c'est de l'obscénité."

La partie de la famille de Vincent Lambert qui est favorable à l'arrêt de ses traitements, c’est-à-dire sa femme Rachel, cinq de ses frères et sœurs et son neveu condamnent la diffusion de ces images, qu'ils jugent "abjectes" . Pour eux c'est de la manipulation, "on veut faire croire au grand public que Vincent est dans un état bien meilleur que son état réel" . Pour François Lambert son neveu, c'est clairement "de la propagande" . "Ils font ça pour leur cause. C’est pas du tout la cause de Vincent, c’est leur cause à eux" . Cette cause est maintenant défendue sur les réseaux sociaux par le comité de soutien à Vincent Lambert. Après avoir perdus la bataille juridique, les parents de Vincent Lambert ont lancé la bataille médiatique. 

La publication de cette vidéo ne laisse pas indifférent. Sans que l'on sache pour quel motif et qui était à l'origine de la démarche, le CSA a annoncé mercredi midi avoir été "saisi". Dans un communiqué, le Conseil supérieur de l'audiovisuel indique qu'il "regarde ce sujet délicat avec la plus grande attention et dans des délais rapides".  Ce que cherche à observer le CSA, c'est le "respect de la dignité humaine".  BFM TV, France 2 et TF1 ont diffusé cette vidéo dans leurs rendez-vous d'information. 

Vous êtes à nouveau en ligne