Un manque de places dans les cimetières

France 3

Les cimetières sont surchargés. Les mairies sont contraintes de trouver des solutions. Exemple à Coulommiers et à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne.

À la Toussaint, les couleurs éclosent sur les tombes. Le rituel est chrétien, les familles et les amis se rendent sur les tombes de défunts. Dans ce vieux cimetière de Coulommiers (Seine-et-Marne), certaines tombes sont abandonnées depuis des années, en particulier les concessions perpétuelles ou celles de cinquante ans. La mairie, gestionnaire du cimetière, a décidé de récupérer ces emplacements pour les nouveaux arrivants. Ici, la concession de cinquante ans coûte 436 €.

400 tombes récupérées

Après avoir cherché les descendants, soit quatre ans de procédures, sans réponse, la mairie a pu lancer les premières exhumations. "Ce sont des tombes qui ont été prises à perpétuité et que maintenant nous ne donnons plus, c'est dorénavant quinze ans, trente ans et cinquante ans", explique l'adjointe au maire de Coulommiers. "Quand on a compté les tombes, on en a trouvé 400 qui étaient prêtes à être réemployées", précise-t-elle. À Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), il est impossible d'étendre le cimetière. Il date du XIIe siècle et est au cœur même de la ville. Une ville dont la population augmente, et les décès aussi. Il est alors urgent de créer un nouveau cimetière.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne