Triste record : 60 millions de réfugiés dans le monde en 2014

(Des Syriens tentent d'escalader une clôture à la frontière entre la Syrie et la Turquie pour fuir daech © MaxPPP)

Le nombre de déplacés et de réfugiés dans le monde a atteint le nombre record de 60 millions de personnes en 2014, à cause des conflits dans le monde. Le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) se dit dépassé.

60 millions de personnes à travers le monde étaient réfugiées ou déplacées en 2014, selon le rapport annuel du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR). C’est la première fois qu’un tel chiffre est atteint. Le HCR constate une "accélération saisissante" du nombre de personnes forcées à fuir,** "Avec 59,5 millions de déracinés à la fin 2014 en comparaison des 51,2 millions de l'année précédente". Concrètement, en 2014, chaque jour, 42.500 personnes sont devenues réfugiées, selon le rapport, qu’elles soient déplacées internes, ou demandeurs d’asile.

"Plus capables de ramasser les morceaux"

Face à ce triste record, le HCR se dit de plus en plus dépassé :* "Nous ne sommes plus capables de ramasser les morceaux". Le Haut-Commissaire aux réfugiés Antonio Guterres ajoute : "* Nous n'avons pas les capacités, les ressources pour toutes les victimes des conflits", alors même que le HCR s’attend à un pic du nombre de déplacés et de réfugiés pour la fin de l’année.

Cette hausse significative du nombre de déracinés s’explique en partie par le conflit syrien. Cet affrontement génère le plus important déplacement de population jamais enregistré dans le monde. Au moins 14 autres conflits génèrent également des fuites de populations. Le rapport en recense huit en Afrique, 3 au Moyen-Orient, 1 en Europe (Ukraine) et 3 en Asie.

L'épineuse question de la Méditerrannée

Le Haut-Commissaire a aussi soulevé l’épineuse question des migrations en Méditerranée. En 2014, plus de 219.000 réfugiés et migrants l’ont traversée dans des conditions périlleuses. "C’est trois fois plus que le précédent pic de 70.000 en 2011" selon le rapport du HCR. Antonio Guterres a appelé les pays européens à "garder leurs frontières ouvertes"  et a salué "l'effort remarquable" accompli par la Turquie, l'Allemagne et la Norvège pour accueillir les réfugiés syriens.

"Nous sommes les témoins d'un glissement incontrôlé vers une ère qui est désormais le théâtre de déplacements forcés sans précédent à travers le monde. La réponse nécessaire éclipse désormais tout ce que nous avons mis en œuvre auparavant", a-t-il déclaré. En 2014, peu de réfugiés ont pu retourner dans leur région d’origine. Ils n’étaient que 126.800 selon le HCR. C'est le nombre le plus faible en 31 ans.

A LIRE AUSSI ►►►Migrants : "la mer est pleine de cadavres" témoignent les pêcheurs tunisiens