CGT : Thierry Lepaon va soumettre son mandat à un vote du "parlement" du syndicat

Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, à Bordeaux (Gironde), le 9 décembre 2014.
Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, à Bordeaux (Gironde), le 9 décembre 2014. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Les huit autres membres du bureau de la CGT mettent également leur mandat en jeu.

Thierry Lepaon et les huit autres membres du bureau confédéral de la CGT remettent leur avenir entre les mains du "parlement" du syndicat. Ils ont décidé, mardi 6 janvier, que cette instance, le Comité confédéral national (CCN), allait voter pour décider s'il fallait les rejeter ou les reconduire.

Désavoué par Louis Viannet

Lors de leur réunion, mardi, les neuf membres du bureau (le dixième, l'administrateur-trésorier Eric Lafont, ayant déjà démissionné) ont décidé de remettre leur mandat à la disposition du CCN le 13 janvier. De nombreuses fédérations, notamment les services publics (la première), les métaux (troisième), la fonction publique et la construction, ont déjà réclamé le départ de Thierry Lepaon et, pour certaines, celui de tout le bureau confédéral (exécutif resserré dont quatre membres sont opposés au numéro un).

Lundi, Louis Viannet, ancien secrétaire général du syndicat et autorité morale, avait appelé Thierry Lepaon à "remettre son mandat à la disposition du CCN", estimant qu'il avait perdu sa "crédibilité, à l'intérieur comme à l'extérieur" de la CGT. Avant la trêve de Noël, l'actuel secrétaire gnéral avait demandé un délai de réflexion et lancé une offensive médiatique, accusant des membres de la centrale de porter atteinte à son "honnêteté".