SNCF : grève reconduite pour mercredi, le trafic toujours perturbé

(La CGT-cheminots, premier syndicat à la SNCF, n'a pas donné de mot d'ordre © maxPPP)

Toutes les assemblées générales de cheminots ont reconduit la grève à la SNCF ce mercredi. SUD-rail et FO-cheminots ont appelé à poursuivre le mouvement. La CGT, elle, s’en remet aux AG. Le trafic sera encore perturbé.

 La SNCF connaitra mercredi son huitième journée de grève consécutive : ce mardi après-midi, les assemblées générales de cheminots ont finalement reconduit la grève. SUD-Rail, troisième syndicat, appelle à poursuivre et à amplifier la grève comme viennent de le faire l'ensemble des assemblées générales.

Conséquence de la reconduction de ce mouvement de grogne, la SNCF annonce que le trafic sera encore perturbé demain. La direction prévoit 3 TGV sur 4, 6 TER sur 10, 1 Transilien sur 2 et un Intercités sur 2. Comme aujourd'hui, pour les TGV, c'est le réseau Sud Est qui sera le plus impacté par la grève, comptez 6 rames sur 10 environ. Sur le réseau Est, on annonce 8 rames sur 10 et 3 sur 4 sur l'axe Atlantique. La bonne nouvelle, c'est pour les usagers des Thalys et des Eurostar. Aucune annulation de train n'est prévue pour ces lignes. 

 

 

Pas de mot d’ordre de la CGT

Si les syndicats SUD-rail et FO-cheminots ont appelé à poursuivre le mouvement, la CGT n’a pas entendu donner de mot d’ordre et s’en remet aux AG. Le premier syndicat à la SNCF écrit ainsi dans un communiqué publié dans la foulée qu’il "appartient aux cheminots réunis en assemblée générale de déterminer les suites qu'ils entendent donner au mouvement".

A LIRE AUSSI ►►► SNCF : le projet d'accord sur le temps de travail soumis à la signature

La CGT dénonce un "acharnement médiatique"

La CGT, sans donner de position définitive sur le projet d'accord sur le temps de travail ouvert depuis mardi matin à la signature après des négociations marathons, souligne néanmoins qu'il est "au niveau" de la règlementation actuelle et évoque "des améliorations arrachées par la mobilisation".  "Il n'en demeure pas moins que des points négatifs subsistent", ajoute-t-il et "rien n'est épargné à la CGT et aux cheminots en grève (réunions secrètes, culpabilisation des grévistes, acharnement médiatique, etc.)", estime le syndicat.

SUD et CGT peuvent opposer leur veto au texte

L'issue du conflit, qui perturbait encore mardi significativement le trafic en Ile-de-France et en régions, repose essentiellement sur la CGT : cette dernière a en effet le pouvoir, aux côtés de SUD-rail, de mettre un veto au texte. 

(SNCF)