Radars vandalisés : comment vont se passer les réparations ?

FRANCE 2

Des centaines de radars automatisés ont été vandalisés le long des routes suite au mouvement des "gilets jaunes". Dans certaines régions, jusqu'à 90% des appareils sont hors services. 

La France compterait environ 3 000 radars fixes et, selon les régions, 60 à 90% des appareils ont été vandalisés. L'État refuse cependant de communiquer le nombre exact de radars détériorés depuis novembre, de peur que cela incite d'autres auteurs à une surenchère. Sur les réseaux sociaux, certains casseurs se mettent en scène en train de vandaliser des radars et s'en vantent. L’addition risque d'être salée. Le coût des réparations va dépendre du type de dégradation. "Sur une dégradation légère, c'est de l'ordre de 500 euros (...) et sur une intervention plus lourde où il faut changer le radar c'est entre 30 000 et 200 000 euros", précise Alexandre Rochatte, délégué adjoint à la sécurité routière.

75 000 € d'amende pour une destruction 

Dans toutes les régions de France, la remise en état dépendra de la rapidité des services de maintenance. Sur les 22 radars vandalisés dans le département du Puy-de-Dôme, seuls quelques-uns ont été remis en service. Pour tous les réparer, "il faudra un peu plus de temps qu'un mois puisqu'il y a un parc qui est important qui est détruit donc il faut les remplacer. (...) C'est entre un et trois mois pour que l'ensemble du parc soit à nouveau rétabli", détaille Alexandre Rochatte. Taguer un radar est passible d'une amende et d'une peine de travail d'intérêt général. Sa destruction est punie de cinq ans de prison et de 75 000 € d'amende. 

Vous êtes à nouveau en ligne