Radars embarqués privés : "On ne cherche pas à faire du chiffre, mais à faire un système irréprochable" explique Emmanuel Barbe

Un chauffeur d\'une voiture privée équipée d\'un radar lors d\'une démonstration à Evreux, le 20 avril 2018.
Un chauffeur d'une voiture privée équipée d'un radar lors d'une démonstration à Evreux, le 20 avril 2018. (GUILLAUME GEORGES / MAXPPP)

Le délégué interministériel à la Sécurité routière est revenu sur le dispostif de radars avec chauffeurs privés testé depuis un an en Normandie.

"On ne cherche pas à faire du chiffre, mais à faire un système irréprochable d'un point de vue de procédure pénale", affirme mercredi 8 mai sur franceinfo Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière à propos des radars avec chauffeurs privés. Un dispositif testé depuis un an sur les routes de Normandie avant une éventuelle généralisation, et qui, selon les chiffres publiés fin avril sont inefficaces. "Pas du tout", répond Emmanuel Barbe qui l'assure : ce système "marche très bien".

"C'est un système qui requiert beaucoup de précautions parce qu'on fait de la procédure pénale et il s'agit, quand quelqu'un reçoit une contravention prise par ce système, que l'on soit sûr à 100% que cette contravention est valable", explique Emmanuel Barbe.

200 000 kilomètres contrôlés par mois cet été

Le délégué interministériel à la Sécurité routière l'affirme, "ce système marche très bien". Il assure aussi que "on sera cet été à 200 000 kilomètres contrôlés par mois".

Ces voitures-radars "flashent un peu moins que les voitures des policiers et des gendarmes", reconnaît Emmanuel Barbe, mais "pour une raison simple : c'est qu'elles sont toujours dans la circulation et jamais à l'arrêt".

"C'est un système qui est fait pour qu'il n'y ait aucun excès et aucun débordement et je trouve que l'on devrait nous plutôt rendre hommage qu'on le fasse avec précaution et sans précipitation. On construit un système pour le futur, c'est pour cela qu'on ne se précipite pas. Moi je ne donnerai le top à de nouvelles diffusions que quand on aura un système absolument parfait et inattaquable", assure Emmanuel Barbe.

Vous êtes à nouveau en ligne