VIDÉO. Eric Lemaire, président d'AXA Prévention : "Le téléphone au volant est une catastrophe nationale"

franceinfo

Invité de Jean-Paul Chapel dans ":L'éco", Eric Lemaire, président d'AXA Prévention, dresse le bilan du 15ème baromètre de la société d'assurance sur le comportement des Français sur les routes. 

Eric Lemaire, président d'AXA Prévention, fait le point sur l'évolution des comportements des Français au volant. Le baromètre de la société d'assurance a, en effet, aujourd'hui quinze ans. 

"Le mauvais comportement des automobilistes a un coût économique, aussi bien pour les assureurs que pour les assurés, mais également un coût en vie humaine...", souligne Jean-Paul Chapel.

"Oui, d'abord, un coût en vie humaine", insiste Eric Lemaire. "Même si on constate, et dieu merci, que pendant ces quinze années de notre baromètre AXA Prévention, il y a eu 2.200 vies épargnées sur les routes, et ce, grâce à toutes les mesures de répression, de prévention et grâce aux campagnes d'information qui ont touché les Français, notamment au sujet de la grande vitesse et de la grande alcoolémie", indique Eric Lemaire. 

"Mais ça un coût pour tout le monde, pour toute la société, pour les entreprises. Les accidents de la route so nt tout de même la première cause d'accident du travail en France !", fait savoir le président d'AXA Prévention. 

Sur l'utilisation du téléphone au volant, et en particulier du smartphone, la situation ne s'améliore pas, voire s'aggrave. "C'est l'explosion !", alerte Eric Lemaire. "Il y a quinze, nous n'avions même pas demandé aux gens s'ils téléphonaient au volant. Aujourd'hui, c'est une catastrophe nationale. 70 % des Français reconnaissent téléphoner, jouer ou envoyer des SMS avec leur smartphone au volant".

"Le téléphone est un objet que l'on a souvent en main, donc c'est un manque de vigilance. Les SMS, par exemple, augmentent le risque d'accident de la route de 23 %", explique Eric Lemaire, qui dénonce notre hyperconnexion, une addiction selon lui. 

Au sujet de la vitesse sur les routes et du 80km/h sur les routes secondaires, le président d'AXA Prévention assure que les comportements sont aujourd'hui plus vertueux : "Le 80km/h a été un succès, un succès relatif, mais un succès quand même. Le nombre de morts a globalement baissé, et on voit que la vitesse a un petit peu baissé, notamment sur ces 600.000 km de routes bidirectionnelles."

"Ce sont sur les routes nationales et départementales qu'il y a le plus de morts, et c'est effectivement là qu'il fallait agir, donc c'est plutôt pas mal", ajoute Eric Lemaire. "Mais ce qu'on regarde aussi, c'est le sentiment de sécurité des Français sur les routes. Et il a considérablement augmenté en quinze ans, puisque l'on est à 71 % de sentiment de sécurité. Par contre, sur ces routes-là (départementales et nationales, NDLR), il reste à seulement 20 %, ce qui signifie que l'on se sent beaucoup en insécurité sur ces routes". 

L'interview s'est conclue sur "Balance ton quoi" d’Angèle.

Vous êtes à nouveau en ligne