En 1985, le gouvernement interdisait de rouler à moins de 80 km/h sur la voie rapide de l’autoroute

Voir la vidéo

Sur les routes secondaires de France, la vitesse sera limitée à 80km/h à partir de l’été prochain. En 1985, il n’y avait pas que la vitesse maximale qui inquiétait…

À partir du 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens de circulation non séparées par une barrière passera de 90 à 80 km/h. L'objectif du gouvernement est d'enrayer la mortalité routière qui stagne depuis la fin de l'année 2012 à des taux élevés. Cette mesure pourrait sauver entre 200 et 400 vies chaque année. 

80 km/h, c’est aussi la vitesse minimale à laquelle les automobilistes doivent rouler sur la voie rapide de l’autoroute. 

L’article R413-19 du code de la route est toujours en vigueur

En 1985, le gouvernement annonce que la vitesse sur la file de gauche des autoroutes ne pourra plus être inférieure à 80 km/h. À cette époque, Thierry Meni et Agnès Poirier expliquent cette mesure dans un reportage diffusé dans le JT de France 2 : "C’est par mesure de sécurité que sur autoroute, rouler à moins de 80 km/h sur la file de gauche sera interdit à partir du 1er août. Cette mesure n’est pas un simple gadget. 15% des accidents sont dus à des ralentissements trop brusques qui provoquent des chocs arrières. Ne pas rouler assez vite pourra donc désormais coûter aussi cher que l’excès de vitesse, soit 600 à 1200 francs."

Cette mesure constitue l’article R413-19 du code de la route, toujours en vigueur aujourd’hui : "Aucun conducteur ne doit gêner la marche normale des autres véhicules en circulant sans raison valable à une vitesse anormalement réduite. En particulier sur autoroute, lorsque la circulation est fluide et que les conditions atmosphériques permettent une visibilité et une adhérence suffisantes, les conducteurs utilisant la voie la plus à gauche ne peuvent circuler à une vitesse inférieure à 80 km/h."

Une mesure bien accueillie par les automobilistes

À cette époque, cette initiative du gouvernement avait été plutôt bien accueillie par les automobilistes : "Bah oui, je pense que c’est dangereux 80. Rouler trop doucement sur la file de gauche c’est pas prudent." ou encore "C’est une bonne chose oui, pourquoi pas."