DIRECT. Sécurité routière : 116 vies ont été épargnées depuis le 1er juillet sur le réseau abaissé à 80 km/h, selon Edouard Philippe

Le Premier ministre a également précisé qu'en 2018, 3 259 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine.

"Il n'y a jamais eu aussi peu de morts sur les routes françaises", a déclaré Edouard Philippe,lundi 28 janvier. Le Premier ministre a présenté le nombre de morts sur les routes au cours de l'année 2018. Il a annoncé un plus bas historique avec 3 259 personnes qui ont perdu la vie, soit "189  morts de moins qu'en 2017", a-t-il précisé depuis la ville de Coubert (Seine-et-Marne), où il s'était dit favorable, en 2017, à l'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur certaines routes nationales et départementales, avant l'entrée en vigueur de la mesure.

Un plus bas historique. Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a atteint un plus bas historique en 2018, avec 3 259 tués, soit neuf de moins que le précédent "record" de 3 268 morts enregistré en 2013.

 Edouard Philippe défend la mesure des 80 km/h. Selon le Premier ministre, 116 vies ont été épargnées sur les routes secondaires abaissées à 80 km/h au 1er juillet, a-t-il détaillé, défendant cette mesure très contestée, pour laquelle il a toutefois jugé "légitime de discuter" dans le cadre du grand débat national.

Une baisse contestée par les anti-80 km/h. "La mortalité routière était déjà largement orientée à la baisse une année avant l'entrée en vigueur des 80 km/h", martèle l'association 40 millions d'automobilistes. Qu'elle ait des effets bénéfiques ou non, l'exécutif pourrait reculer sur cette mesure qui a constitué, selon de nombreux observateurs, un élément précurseur de la crise des "gilets jaunes".

Les Français pour un recul du gouvernement. Selon un sondage Odoxa Dentsu consulting publié le 17 janvier dernier par franceinfo et Le Figaro, une très large majorité de Français sont favorables à une modification de cette réforme. 

Vous êtes à nouveau en ligne