Les auto-écoles manifestent contre la dématérialisation du permis de conduire

Des moniteurs d\'auto-écoles manifestent à Bordeaux, le 27 mars 2017, contre le manque de places pour l\'examen du permis de conduire.
Des moniteurs d'auto-écoles manifestent à Bordeaux, le 27 mars 2017, contre le manque de places pour l'examen du permis de conduire. (MAXPPP)

Les deux principaux syndicats de la profession ont lancé des opérations escargot dans plusieurs villes pour dénoncer une réforme qu'ils jugent dangereuse pour leur secteur.

Des centaines de véhicules d'auto-écoles mènent une opération escargot, mardi 18 avril. Des actions similaires sont prévues à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Nantes, à l'appel des deux principaux syndicats du secteur, le CNPA-Education routière et l'Unidec. "On attend 2 000 à 3 000 véhicules à Paris et 5 000 au niveau national", a affirmé a l'AFP le président du CNPA, Patrice Bessone, qui demande à être reçu à Matignon "pour avoir des réponses aux sérieuses questions que l'on se pose sur la dématérialisation et sur l'ubérisation du secteur".

Contre la dématérialisation des inscriptions

Les patrons d'auto-écoles s'indignent d'une mesure prise dans le plan Préfectures nouvelle génération, qui prévoit de simplifier la délivrance de certains titres administratifs. Ils s'inquiètent notamment de la dématérialisation de l'inscription au permis de conduire, car elle facilitera selon eux la concurrence avec les auto-écoles en ligne, qui mettent en relation les candidats avec des moniteurs indépendants. "Avec cette réforme, on est en train de mettre en péril la formation et donc la sécurité sur la route, et un secteur qui emploie 45 000 salariés", dénonce le secrétaire général de l'Unidec, Jean-Pierre Lemonnier.

Les deux syndicats avaient déjà mobilisé plusieurs centaines de patrons d'auto-écoles dans une manifestation identique, fin février 2016, pour demander notamment le report de la nouvelle épreuve du code de la route. Plus de 300 véhicules avaient défilé à Paris et plusieurs centaines dans d'autres villes de France, perturbant largement la circulation.

Vous êtes à nouveau en ligne