"Certains peuvent aller jusqu'à 40 km/h" : bientôt un permis pour les trottinettes à Paris ?

Une personne faisant de la trotinette gare Montparnasse, le 14 novembre 2007.
Une personne faisant de la trotinette gare Montparnasse, le 14 novembre 2007. (MAXPPP)

Christophe Najdovski, maire-adjoint chargé des transports et de l’espace public à Paris, demande dimanche sur franceinfo, une "règlementation nationale pour définir la catégorie" des véhicules, alors qu'un troisième prestataire propose, depuis jeudi, des trottinettes en libre-servicedans la capitale.

Alors qu'un troisième prestataire propose, depuis jeudi, des trottinettes en libre-service à Paris, Christophe Najdovski, maire-adjoint chargé des transports et de l’espace public, demande, ce dimanche sur franceinfo, une "règlementation nationale pour définir la catégorie" des véhicules, afin de faciliter la cohabitation entre piétons et les différents modes de mobilité.

franceinfo : On entend de plus en plus de Parisiens se plaindre de la vitesse de ces trottinettes sur les trottoirs : ils redoutent des accidents…

Christophe Najdovski : Oui, ils ont raison, et cela souligne la nécessité d'une régulation de ces déplacements et d'une réglementation nationale pour définir la catégorie de ces véhicules. Certains peuvent aller jusqu' 40 km/h, et il est hors de question que l'on puisse cohabiter à cette vitesse sur les trottoirs avec des piétons, et cela nécessite que l'on puisse définir, peut-être, différentes catégories de vitesse et donc différents usages de ces véhicules, de manière à ce que les choses soit bien définies, bien claires, et que l'on n'ait pas cette sensation, qui est très insécurisante pour les piétons, de voir débouler des véhicules rapides sur les trottoirs.

La réglementation actuelle stipule que la trottinette est tolérée à petite vitesse sur les trottoirs, 6 km/h, maximum, et jusqu'à 25 km/h sur les pistes cyclables. Il va peut-être falloir construire plus de pistes cyclables ?

Oui, faire en sorte qu'il y ait davantage d'aménagements qui soient utilisables par les différents usagers. Il est évident que, pour ce qui est de l'usage sur les trottoirs, 6 km/h, qui est de la vitesse d'un piéton, semble être la bonne vitesse. Ensuite, il y a la question de l'intégration de ces véhicules nouveaux sur la voirie, avec la possibilité, peut-être, de partager l'espace avec d'autres usagers, en tout cas de faire en sorte qu'il y ait une définition précise des conditions dans lesquelles on peut utiliser ces véhicules, dont on voit très clairement qu'ils peuvent être une alternative à l'usage d'autres modes en ville, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils sont très prisés aujourd'hui.

Les utilisateurs de trottinettes qui vont trop vite, peuvent-ils être verbalisés ?

La Ville de Paris s'est engagée dans l'élaboration d'une charte de bonne conduite avec les opérateurs de mobilité partagée. Ça a été fait, par exemple, avec les scooters électriques et les vélos en libre-service, avec une charte qui a été signée en juin dernier par la maire de Paris Anne Hidalgo. Nous allons proposer aux trois opérateurs de trottinette électrique de signer cette charte. Plus globalement, nous demandons au gouvernement et à l'Etat qu'il puisse y avoir un permis accordé par les collectivités, une sorte de licence, et nous espérons que, dans le cadre des discussions sur la loi d'orientation sur les mobilités, on aura cette possibilité, de manière à définir les conditions - une sorte de cahier des charges - dans lesquelles les opérateurs pourront déployer leurs services de manière à ce qu'il y ait une bonne intégration de ces nouveaux modes de déplacement et de manière qu'ils soient mieux acceptés par la population, par ceux, par exemple, qui ne pratiquent pas l'usage de ces trottinettes.

C'est nécessaire, parce qu'on a vu qu'aux Etats-Unis, à San Francisco, il y a eu une révolte des habitants qui ont même dégradé les véhicules en question, dans la mesure où ils étaient utilisés un peu n'importe comment. Donc, si on veut assurer la bonne intégration ou la bonne acceptabilité sociale de ces véhicules, ça nécessite qu'il y ait une régulation, et donc une réglementation bien précise en la matière.

Vous êtes à nouveau en ligne