Une marque de vêtements choisit un SDF pour incarner sa campagne d'affichage

Le SDF et artiste de rue, Marko, à l\'affiche de la campagne d\'une marque de parkas, AIM Expérience. 
Le SDF et artiste de rue, Marko, à l'affiche de la campagne d'une marque de parkas, AIM Expérience.  (INSTAGRAM / AIM EXPERIENCE)

Marko, sans domicile fixe qui dort dans les rues du 6e arrondissement de Paris, a touché 500 euros pour cette campagne de publicité. 

Il se fait appeler Marko et il est SDF dans le 6e arrondissement de Paris depuis une dizaine d'années. Cet artiste de rue, que tout le monde connaît dans le quartier, a été choisi par la marque de parkas AIM Experience pour être le visage de sa nouvelle campagne d'affiche, rapporte, vendredi 15 février, Le Figaro. Durant deux semaines, Marko portera une parka de la marque sur les quelque 3 600 affiches placardées dans Paris.

Ce dernier connaîtrait depuis longtemps Marcy de Soultrait, le fondateur de AIM Experience, connu pour avoir créé la marque Victomte A. "Pour notre première campagne d'affichage, au lieu de passer par une agence de mannequin traditionnelle, j'ai voulu rendre visible Marko et son histoire, tout en le rémunérant au même prix qu'un top-modèle. L'idée était de donner un aspect social à la marque", explique au Figaro Marcy de Soultrait. 

Une partie de l'argent versée sous forme de crédit à la supérette du quartier

Concrètement, Marko a été payé 500 euros pour l'exploitation de sa photo, soit "20 euros de plus que le revenu minimum pour une demi-journée de 'pose' selon le Centre d'information et de documentation jeunesse", précise le quotidien. Comme il ne dispose pas de compte en banque, le sans-abri a touché une partie de l'argent en liquide tandis que le reste a été versé sous forme de crédit à la supérette du quartier, où Marko fait régulièrement ses achats. 

Cette initiative laisse une association d'aide aux SDF songeuse. Si "rendre visible les invisibles et casser les standards est toujours bénéfique" pour Thibault Leblond, travailleur social pour l'association Aux captifs la libération, ce dernier estime cependant que "plutôt que de donner 500 euros, le mieux est d'agir à long terme pour aider la personne à s'en sortir". 

Voir cette publication sur Instagram

Les rues de Paris aux couleurs de AIM Experience. #aimexperience #urban #adventure

Une publication partagée par AIM Experience (@aim_experience) le

Vous êtes à nouveau en ligne