Un travail, mais pas de toit

FRANCEINFO

Laurent travaille en intérim et n'a pas de logement depuis six ans. Il vit avec un total de 550 euros à 1 000 euros par mois.

Sur l'un des treize lits de camp de ce local associatif converti en hébergement d'urgence dans le 20e arrondissement de Paris : Laurent, 53 ans. Il est intérimaire dans la vente. Sans maison, il ne peut jamais rien laisser nulle part. Jusqu'à ce tournage, Laurent n'avait même pas osé révéler sa situation à ses parents. Pour s'en sortir, il n'a que le RSA auquel s'ajoutent des missions en intérim, environ deux semaines par mois. Au total, il a entre 550 euros et 1 000 euros pour vivre. Il trouve un peu de réconfort dans cette antenne du centre d'actions sociales protestant. Une association qui l'aide dans ses démarches de travail et de logement.

Sans logement depuis six ans

Depuis six ans, Laurent passe d'un hébergement à l'autre en fonction des lits disponibles. Il a fait une première demande d’HLM en 2013. Mais seul et sans enfant, il n'est pas prioritaire. Il est 5 heures du matin, Laurent quitte le foyer où il dort dans l'est de Paris. La veille, il a reçu une proposition d'une agence d'intérim ; sept heures d'un travail physique, d'autant plus difficile quand on ne dort pas chez soi. Après sa mission, Laurent va passer son après-midi à marcher dehors, sans but, sa maison sur le dos. Le foyer où il dort n'ouvre qu'à 18 heures. Et quand il n'y a pas de place, il dort à l'aéroport.

Vous êtes à nouveau en ligne