La ville d’Eskilstuna, en Suède, instaure un permis de mendier

Un mendiant dans la ville de Malmö, en Suède. Depuis le 1er août, dans certaines villes, il faut un permis pour mendier. 
Un mendiant dans la ville de Malmö, en Suède. Depuis le 1er août, dans certaines villes, il faut un permis pour mendier.  (FRANCIS DEAN / CORBIS NEWS)

La petite ville d’Eskilstuna, à une centaine de la capitale, a introduit un permis obligatoire pour les personnes qui veulent mendier dans la rue, qui coûte 23 euros.

Deux femmes tendent la main devant un supermarché d’Eskilstuna, a une centaine de kilomètres à l'ouest de Stockholm, en Suède. "Nos papiers, on les a. Le permis pour demander de l’argent aussi, oui, oui", affirment-elles. Ces femmes, originaires de Roumanie, ont déjà préparé leur discours en cas de contrôle. Elles affirment avoir leur permis de mendier, bien qu’aucun n’ait encore été distribué et elles vendent quelques baies cueillies dans la forêt, pour montrer qu’elles ont une autre activité.

Identifier les gens en détresse

Depuis le 1er août, les mendiants d’Eskilstuna doivent posséder un permis pour faire la manche dans la rue. Cette autorisation, valable trois mois, coûte 23 euros (250 couronnes suédoises). Huit permis de mendier auraient déjà été demandés, mais aucun n’a encore été attribué par la police, chargée de trier les demandes. Pointé du doigt comme étant une atteinte à la liberté à la générosité de chacun, ce permis ne concernerait que 30 à 50 personnes, essentiellement des femmes roumaines, exploitées, qui mendient pour leurs chefs.

Pour le maire social-démocrate de la ville, Jimmy Jansson, l’enjeu est d’abord d’identifier les gens en détresse et de lancer un débat. "Les gens qui mendient à Eskilstuna n’ont pas droit à nos aides sociales, explique-t-il. Ils sont bloqués dans notre système. Ils restent ici et demandent de l’argent. Si voulez vaincre cette pauvreté, vous devez faire des choses qui mettent ces gens dans la bonne direction. C’est pourquoi nous faisons ça."

Sans ce permis, la mendicité est passible d’une amende. Depuis décembre dernier et une décision de la cour suprême administrative, plusieurs communes suédoises ont fait un choix encore plus radical : celui d’interdire la mendicité dans leurs rues.

Le reportage à Eskilstuna de Fréderic Faux
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne