Expédition punitive contre des Roms : la rumeur d'enlèvements d'enfants qui a tout déclenché

Tribunal de grande instance de Bobigny, en Sein-Saint-Denis, le 27 mars 2019.
Tribunal de grande instance de Bobigny, en Sein-Saint-Denis, le 27 mars 2019. (SUZANNE SHOJAEI / FRANCE-BLEU PARIS)

Deux étudiants de 19 ans sont jugés à Bobigny mercredi 23 octobre pour avoir participé à une expédition punitive en mars dernier contre des Roms. À l'origine, une rumeur sur les réseaux sociaux à propos d'enlèvements d'enfants à bord de camionnettes.

'Il y a une camionnette blanche avec deux hommes à bord, des Roms. Ils veulent enlever des enfants pour les prostituer pour un trafic d'organes. Faites attention à vos petits, défendez le quartier". Voilà ce que disait la rumeur dite de la camionnette blanche. En quelques jours, autour du 20 mars, elle avait fait le tour de la plupart des départements d'Ile-de-France, déclenchant des expéditions punitives dans plusieurs villes. Deux hommes de 19 ans sont jugés, mercredi 23 octobre, au tribunal correctionnel de Bobigny, pour une attaque contre des Roms, fin mars. 

Traque à la camionnette blanche en Île-de-France

Rapidement à l'époque, plusieurs vidéos apparaissent sur Facebook ou sur Snapchat. Des dizaines de personnes y apparaissent, elles traquent des camionnettes blanches, pourchassent et frappent leurs conducteurs dans les rues de plusieurs villes de région parisienne, comme à Colombes (Hauts-de-Seine). Passés à tabac, les deux passagers d'une camionnette ont été sérieusement blessés.

Exemple de diffusion de la rumeur sur Facebook 
Exemple de diffusion de la rumeur sur Facebook  (Capture d'écran Facebook)

Ailleurs, d'autres fourgons blancs sont incendiés. À Bobigny, une cinquantaine de personnes armées de couteaux et de bâtons se sont rendues dans un campement de Roms pour en découdre. Assez rapidement, les médias, dont franceinfo, contactent des policiers et des magistrats pour vérifier cette histoire d'enlèvement qui n'existe pas. Des démentis sont publiés. Plusieurs villes touchées par ces violences communiquent également directement sur Twitter ou Facebook pour appeler au calme.

Une rumeur ancienne et récurrente

Pendant ce temps, et c'est un grand classique dans la communication des rumeurs, beaucoup d'utilisateurs continuent de relayer le message sur Facebook. Peu importe que ce soit vrai ou faux, dans le doute, le partage a lieu pour protéger les enfants. Cette rumeur de la camionnette blanche conduite par des Roms ou des hommes barbus, selon les versions, ne concerne pas que la région parisienne et n'est pas récente. Elle revient depuis maintenant une dizaine d'années, à travers tout le pays.

Encore en ce moment sur Facebook, des messages relayés des centaines de fois affirment qu'une camionnette blanche cherche à enlever des enfants en Isère malgré, là encore, les démentis de la police.

Vous êtes à nouveau en ligne