VIDEO. Indonésie : 200 000 manifestants musulmans accusent un gouverneur chrétien de "blasphème"

Le gouverneur Basuki Tjahaja Purnama, qui fait campagne pour sa réélection, a provoqué une vague de contestation de musulmans radicaux. En cause : l'interprétation d'un verset du Coran.

Le mouvement de contestation prend de l'ampleur depuis un mois. Entre 150 000 et 200 000 manifestants musulmans ont afflué, vendredi 2 novembre, à Jakarta, la capitale de l'Indonésie, pour demander l'arrestation du gouverneur chrétien de la ville. Ils accusent en effet Basuki Tjahaja Purnama, qui est aussi d'origine chinoise, de "blasphème".

Des musulmans peuvent-ils voter pour un chrétien ?

Cette affaire est considérée par de nombreux observateurs comme un test pour la tolérance religieuse en Indonésie. Le gouverneur Basuki Tjahaja Purnama, surnommé Ahok, a provoqué une vague de contestation dans le pays musulman le plus peuplé au monde par une prise de position controversée sur l'islam, en pleine campagne pour sa réélection. Il a déclaré que l'interprétation par certains théologiens musulmans d'un verset du Coran selon lequel un musulman ne doit élire qu'un dirigeant musulman était erronée. Basuki Thahaja Purnama affronte deux candidats musulmans pour cette élection. Il a pourtant présenté des excuses tout en démentant avoir commis la moindre faute.

Des violences lors d'une précédente manifestation

Des hommes et des femmes, pour la plupart en tuniques blanches, se sont rassemblés dans le grand parc du monument national de Jakarta, en présence d'un important dispositif de sécurité. La police a en effet cherché à prévenir les violences survenues lors de la précédente manifestation, le 4 novembre.

Huit personnes ont été arrêtées ce vendredi. Parmi elles figure Rachmawati Sukarnoputri, la sœur de l'ancienne présidente.

Vous êtes à nouveau en ligne