Rouen : le prêtre qui s'est suicidé dans son église était accusé d'agression sexuelle

Eglise de la paroisse Saint-Jean XXIII, à Rouen (Seine-Maritime), dans laquelle exerçait le prêtre Jean-Baptiste Sèbe (capture d\'écran Google Maps).
Eglise de la paroisse Saint-Jean XXIII, à Rouen (Seine-Maritime), dans laquelle exerçait le prêtre Jean-Baptiste Sèbe (capture d'écran Google Maps). (GOOGLEMAPS)

Le prêtre Jean-Baptiste Sèbe a été retrouvé sans vie mardi dans son église de Rouen. Il avait fait l'objet d'une dénonciation de la part d'une femme l'accusant de comportements indécents et d'agression sexuelle sur sa fille. 

Mardi 18 septembre, le prêtre Jean-Baptiste Sèbe s'est donné la mort dans son église de Rouen (Seine-Maritime). Selon le parquet de la ville, cité par l'AFP, l'homme de 38 ans a fait l'objet d'une dénonciation de la part d'une femme, l'accusant d'avoir eu des comportements indécents sur sa fille, et d'avoir agressé sexuellement cette dernière. 

"Ces éléments ont été évoqués au commencement de l'enquête ouverte à la suite du suicide du prêtre Jean-Baptiste Sèbe", a ainsi déclaré à l'AFP le procureur de la République adjoint de Rouen. "A ce stade, aucune plainte n'a été déposée", a précisé le magistrat, indiquant que l'enquête devrait permettre d'en savoir plus sur "les motivations exactes de ce suicide". 

Les enquêteurs restent "très prudents"

D'après une source policière, "rien n'avait été porté à la connaissance de la police avant ce suicide". Les enquêteurs restent donc "très prudents à ce stade des investigations", précise cette source à l'AFP.

Le directeur de la communication du diocèse de Rouen, de son côté, a déclaré ne pouvoir "ni confirmer ni infirmer ces affirmations". Dans un courrier adressé le 18 septembre à l'ensemble des prêtres du diocèse, l'archevêque de Rouen avait indiqué être dans "l'incompréhension d'un tel geste". 

Vous êtes à nouveau en ligne