Etoile jaune et marche contre l'islamophobie : "Inacceptable" de "comparer la France d'aujourd'hui à la Shoah", selon Christian Estrosi

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Christian Estrosi, le maire LR de Nice, était l'invité de franceinfo le 12 novembre 2019.

Christian Estrosi juge "épouvantable" que des manifestants, dont une enfant, aient arboré une étoile jaune et un croissant de lune sur la poitrine lors de la marche du 10 novembre contre l'islamophobie : "Comparer la France d'aujourd'hui à la Shoah exercée par les nazis, comment peut-on accepter ça dans notre pays ?", se demande le maire (LR) de Nice, mardi 12 novembre sur franceinfo.

>> Laïcité, reconnaissance faciale dans les lycées, affaire Polanski... le "8h30 franceinfo" de Christian Estrosi

Ces manifestants qui arboraient une étoile et un croissant qui rappelle l'étoile jaune imposée aux juifs sous l'occupation apparaissent sur une photo tweetée par la sénatrice écologiste Esther Benbassa. "J'interprète cet autocollant comme un hommage aux juifs qui ont souffert. Je ne comprends pas cette polémique", s'est-elle défendue sur franceinfo. Une explication que Christian Estrosi juge "inacceptable". "Est-ce que la France, la grande démocratie à laquelle nous appartenons, une et indivisible [...] est-ce qu'on peut comparer ça à la Shoah ? Je ne comprends pas comment une élue de la République puisse s'exprimer de la sorte." 

"Cette manifestation a des côtés insupportables, estime de son côté Christian Estrosi, à propos de cette marche qui a rassemblé 13 500 personnes à Paris. Elle ne fait rien sortir de bon. C'est une provocation. C'est une instrumentalisation d'une religion à des fins politiques. Ce sont les Frères musulmans qui sont au cœur de tout cela."

"Ce qui me rassure le plus, poursuit Christian Estrosi, c’est que malgré tout c’est un échec. L’immense majorité des musulmans de France démocrates et qui se retrouvent dans les valeurs de la République n’ont pas suivi."

Contre des listes communautaristes aux élections

Selon Christian Estrosi, "il est temps de prendre des mesures en matière de laïcité. Il y a eu la loi de 1901, de 1905, il est temps de prendre des mesures. Nous voyons bien toutes ces dérives, l'influence des Frères musulmans. Aujourd'hui, nous avons des quartiers entiers, des cités entières qui ne sont plus des territoires contrôlés par la République".

L'élu niçois dit "rejoindre" les positions de Bruno Retailleau pour que des "listes communautaristes" ne puissent pas être déposées en préfecture pour les prochaines élections. En revanche, il considère qu'un parti chrétien comme celui fondé par Christine Boutin, aujourd'hui dirigé par le député Jean-Frédéric Poisson, le Parti Chrétien-démocrate, ne rentre pas dans la définition d'une liste communautariste : "Ce parti avait des gens de toutes religions et de toutes origines. Je n'ai pas le sentiment qu'il y ait eu [de la part de ce parti] un militantisme au nom d'une religion pour prendre sous contrôle des quartiers ou des cités comme c'est le cas aujourd'hui."

Vous êtes à nouveau en ligne